Critique Maniac, un film qui arrache la perruque

Synopsis
Frank est un jeune homme timide et réserve mais il inspire confiance aux premiers abords. Il inspire donc facilement confiance à la gente féminine.
Mais Frank a un petit problème  il n'arrive à s'empêcher de les scalper pour utiliser leurs jolies cheveux sur les mannequins de boutique qu'il restaure...

Critique
Ne vous attendez pas à des crises d'angoisse insurmontable loti dans le fond de votre siège de cinéma ne voyant le film derrière votre main qui vous laisse entrapercevoir que d'un oeil...
Non ici, c'est plutôt du côté trash et malsain que le film se distingue.
Tourné entièrement à la première personne, l'expérience est intéressante dans la mesure où l'on se place dans la peau du tueur.
Cela en est même dérangeant tellement l'on perçoit l'esprit pervers, voyeur et psychopathe du personnage qui met en place tout une technique pour traquer ses victimes.
On se retrouve donc à observer des femmes tapi dans le noir, on entend la respiration du personnage excité par la perspective de massacre de sa prochaine victime. Le malaise est palpable tant l'ambiance est malsaine (des blogueurs/journalistes ont quitté la salle pendant la projo).
La vue à la première personne est maîtrisé avec une caméra qui bouge comme il faut sans pour autant donner la gerbe au spectateur en remuant toutes les 2 secondes dans tous les sens.
On sent que le personnage est divisé entre deux personnalités: l'une chétive et timide, trop faible pour se défendre et se laissant marcher sur tout le monde, l'autre cherchant à assouvir ses pulsions meurtrière.

Le trip du personnage étant de scalper les jeunes et jolies demoiselles, la mise en scène a donc était détaillée... C'est plutôt trash, pas vraiment agréable à voir. Les âmes sensibles peuvent s'abstenir, les autres, éviter de manger avant! En tout cas le résultat est réussi. Je suis peut être facilement impressionnable n'étant pas du genre à voir spontanément des films de ce genre pour le plaisir.
Niveau scénario, on peut regretter que les relations entre le personnage principale et les secondaires soient plus développées mais le tournage à la première personne ne le permet pas vraiment puisque le rythme s'en serait retrouver ralenti et la pression serait retombée.
On a tout de même le droit à des flashback qui explique un peu le côté dérangeait du bonhomme.
Elijah Wood s'est particulièrement appliqué à avoir une voix de sadique et de dérangé. C'était la seule chose que pouvait proposer l'acteur puisqu'on ne voit que ces mains et quelques reflets de lui via les miroirs ou fenêtres.


N'étant pas amateur du genre, j'ai tout de même apprécié Maniac dans le sens où il propose une expérience pénible mais réussite. La vue à la première personne apporte un vrai plus en terme d'immersion. Peut être pas incontournable (surtout avec ce qu'il y a avoir en ce moment) mais à voir au moins une fois!


14/20
                                             

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

1 commentaires:

  1. Bah moi c'est mon genre de film et je me suis fait grave ch*er...

    RépondreSupprimer

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!