Test Wolfenstein: The New Order

Wolfenstein, l'un des tous premiers FPS, nous revient aujourd'hui avec Bethesda aprés quelques années de sommeil avec Wolfenstein: The New Order.

Un débarquement au couteau... Chuck Norris n'a qu'à bien se tenir!
Scénario
Vous incarnez William Blazkowicz aka Blazko, soldat américain du tonnerre qui n' a qu'un seul but: éliminer le boucher. Un débarquement en 1946 tourne mal. William est touché grièvement à la tête, il se retrouve à l'hôpital pendant des années le corps inerte...
Un événement le fait sortir de son hibernation et le voici plongé dans un monde où les nazis ont gagné la guerre, les américains se sont rendus... Mais pour Blazko c'est loin d'être fini et compte bien casser du nazi!
Mais non ça fera pas mal, promis!
Niveau rebondissement, il y a pas de quoi vous faire tomber de votre chaise mais il faut reconnaître qu'un soin tout particulier a été porté à la narration. On sent une volonté permanente de faire du personnage quelqu'un de bourrin mais torturé à la fois. En revanche, les bad guys du jeu sont sadiques et complètement barrés. Le côté décalé n'est malheureusement que très peu exploité.
Le joueur doit faire rapidement un choix en début de jeu mais l'impact se limite à une petite variation de gameplay pour décoder ou pirater des coffres.

Niveau très réussi graphiquement
Entre deux missions, on est amené à en connaître un peu plus sur les personnages du QG de la résistance. Et en farfouillant bien, on tombe sur une version d'origine de Wolfenstein.

Taaa dadada tadadaaaaaaa (la Chevauchée des Walkyries)
Graphismes
Wolfenstein ne se distingue pas à ce niveau là. Le titre se montre techniquement en retard avec une réalisation correcte tout le long à l'exception de quelque passages vraiment en retard notamment sur les scènes à grande échelle. Néanmoins la direction artistique est réussie avec une véritable ambiance palpable tout le long du jeu.
Les niveaux sont variées et réussies, il y en a pour tous les goûts: sous terrain, forteresses, sous l'eau, dans l'espace (oui oui). Attendez vous à un FPS couloir sans avoir à trop réfléchi, cela n'est pas vraiment gênant dans la mesure où on est vraiment sur un shooter pur et dur.

Il fait déjà dans son froc
Jouabilité
On a la base des FPS classiques soupoudrés que quelques phases d'infiltration. Théoriquement on laisse tout le temps au joueur le choix de la jouer discret ou bourrin. Dans les faits, le niveau guide de lui même le type de jeu à adopter.
Que ce soit le double fusil d'assaut ou le double couteau, c'est un vrai plaisir de jouer à Wolfenstein. On a vraiment à faire à un FPS old-school avec des barre de vie qu'il faut gérer. L'air de rien, on réfléchit à deux fois avant de foncer dans le tas quand on a 20 PV sur 100. Cela rend le jeu indéniablement plus nerveux.
Je regrette tout de même que certaines bonne idées n'ont pas été exploitées jusqu'au bout (ou pas exploitées du tout, juste suggérées) comme les combats dans l'espace ou une combinaison...

"Un soleil rouge se lève, beaucoup de sang a du couler cette nuit"
Bande-son
Surtout jouée à la guitare, la B.O évite de tomber dans les clichés du genre rock bien bourrin. Au contraire, on a des rythmes variés avec des thèmes récurrents qui en mettent plein les oreilles.
Néanmoins, j'ai rencontré tout le long du jeu des sortes de bug de synchronisation: le son saute complètement ou coupe subitement avant la fin du dialogue.

PEGI 18
Durée de vie
Comptez une bonne douzaine d'heures, ce qui est pas mal du tout lorsque l'on sait qu'une campagne FPS se termine en 3/4 heures. Néanmoins, le jeu est dénué totalement de multijoueur. La rejouabilité n'apporte franchement pas grand chose.

Le planétarium comme vous ne l'avez jamais vu
Bref
Wolfenstein: The New Order n'est pas la claque attendue mais reste efficace. Il fait ce qu'on attend de lui. Le jeu a quelques défauts graphiquement mais je ne suis tombé sur aucun bug. En tout cas, j'ai pris mon pied tout le long de la campagne, pas une seule seconde d'ennuieQ Je vous conseille d'attendre que le prix baisse en absence de muli ou de rejouabilité.



Note: 16/20

                                                 

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

4 commentaires:

  1. A côté des jeux sur "hypés" et décevants type Watch Dogs, ou des sempiternelles suites COD/BOF and shit (pardon my french), j'ai trouvé qu' on a pour une fois une vraie bonne surprise. Un jeu que personne n'attendait comme le messie mais qui trouve sa place dans toute bonne ludothèque.
    On garde l'identité du jeu, un FPS et on y ajoute une réalisation sans faille. Très bonne direction artistique plutôt que de coller des textures ultraréalistes à tous les coins de rue (ce qui ne demande au final aucune compétence particulière si ce n'est la gestion des outils). Des personnages qui gagnent en épaisseur au fil de l'histoire, des nemesis en effet très barrés et bien écrits à ce niveau. Un panel d'armes pas trop original mais avec de bonnes idées (parfois).
    Des éléments du décor destructibles. Un replay pas poussé mais qui donne envie de voir les deux storylines (sachant qu'il y a évidemment des changements et dans les persos rencontrés et dans les bonus débloqués). Et puis le mutli, merde. Pour une fois qu'un jeu ne nous bassine pas avec du online, et est axé uniquement sur le solo (comme Dishonored), moi je dis bravo. Tout le monde n'a pas envie de se prendre le citron en ligne avec paulo et ses potes, et une exception de temps en temps est la bienvenue.
    On a un vrai jeu défoulant, nerveux, et avec en prime une excellente narration, une charge émotionnelle que peu de AAAs arrivent à trouver en ce moment.

    Jamais été fan des précédents opus, mais une vraie bonne surprise pour moi (et c'est rare que j'achète mes jeux plein pot sur PC, et dans ce cas, aucun regret). Tu n'as pas accroché plus que çà, vraiment?

    M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (qui plus est, j'étais vraiment sur le fil pour acheter qques jours après sa sortie ou attendre les ventes steam -damn, il est descendu à €25-. Ce qui m'a vendu ce sont les trailers très tarentinesques, et le fait que ce sont des anciens de Starbreeze à la manoeuvre, un gage de qualité même si Syndicate était très moyen)

      Supprimer
    2. Ben je trouve que par exemple la nana nazi n'est pas assez exploité ni le docteur alors que pourtant c'est le bosse finale. Dommage aussi de na pas avoir eu l'armure jouable ça aurait été tellement énorme. Je l'ai bien aimé de maniére générale hein, c'est juste qu'il y avait plein de piste pour qu'il soit tellement plus! :(

      Supprimer
  2. Oui tout à fait, pour la nazi, un perso très haut en couleurs, totalement tarentinesque pour le coup. On pouvait s'attendre à un némésis tout du long mais hélas...
    Pour ma part je vais laisser décanter le jeu un peu et le refaire pour la seconde histoire, voire si la sauce prend encore.

    RépondreSupprimer

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!