Test Civilization VI

Construire sa civilisation au sens propre du terme
Civilization est une licence qui réussi toujours à vivre à travers les âges du jeux vidéo. Firaxis revient avec un sixième opus, bien décidé à vous faire de vous un leader à travers les âges!

Revivre l'évolution de l'humanité
Scénario
Il n'y a pas de campagne à proprement parler. A vous de choisir un leader historique et de mener votre peuple à la victoire. Les paramètres des parties solo sont tout de même très nombreux pour changer l’expérience de jeu du tout au tout et rejouer à volonté.
Il y a par exemple des conditions de victoire différentes ou cumulatives: culturel, domination, religieuse ou scientifique. Quelques modes officiels sont disponibles avec des conditions prédéfinies (victoire en 50 tours avec beaucoup d'unités de cavalerie et d'artillerie eu départ par exemple).

On commence tout petit au départ
Graphismes 
De ce coté on n'a pas vraiment de révolution. Le style artistique est un peu plus cartoonisé mais reste globalement plaisant. On voit vraiment les villes prendre forme et s'étendre au fur et à mesure de leur développement. Les effets des combats sont restés très simples et courts dans le lignée des autres opus.
La taille des carte est assez grande mais le jeu est assez tassé.  En effet, on est amené à rencontrer très rapidement d'autres villes et nations ce qui empêche donc l'extension et l'exploration. Il faut donc montrer les crocs et déclarer la guerre rapidement afin de pouvoir continuer à se développer. De fait même la taille la plus grande de carte vous paraîtra bien petite par rapport à la carte du monde de Civilization V alors que celle-ci est tout simplement absente dans le VI!
A noter que Firaxis a fait un énorme travail sur l'optimisation du jeu qui tourne vraiment au poil. A sa sortie Civ V était une catastrophe dès que l'on dépassait un certain nombre de tours et faisait planté le jeu inexorablement.

ça grandit!
Jouabilité
C'est surtout de ce coté que ce Civ innove. La grande nouveauté consiste à faire évoluer la vitesse de recherche en fonction de vos actions. Cela se présente comme des quêtes assez simples à remplir.
Une autre évolution c'est que les unités militaires sont capables d'évoluer et de devenir des vétérans avec des bonus. Il est même possible de les mixer pour former une armée puissante et polyvalente.
Comme pour l'arbre des technologies vous aurez aussi à faire des choix dans l'arbre culturel ce qui vous permettra d'adopter de nouveaux types de gouvernements ainsi que de nouvelles doctrines qui sont tout simplement des bonus. Le jeu est très complexe et dispose de nombreux éléments qui vous donnent des avantages. On notera par exemple la religion qui ne sert plus à contenter le peuple mais bien à vous donner des avantages spécifiques. Le problème c'est que l'on ne peut évidement pas se concentrer sur tout pour faire évoluer sa civilisation et que donc certains aspects deviennent vite complètement inutiles pour gagner.

Je les veux tous!
On ne peux vraiment gagner qu'en privilégiant l'avancée technologique. L'IA reste globalement hostile, sans compter ses fichus barbares qui viennent mettre leur grain de sel. Il faudra donc toujours se doter à minima d'une armée de défense puissante. Conclure des accords entre nations n'est pas chose aisée et demande une certaine patience. Le comportement de chaque leader est assez stéréotypée, ce qui laisse une idée de son comportement et le rend un peu prévisible.
Les villes n'occupent plus un seul polygone mais toutes les cases qui les entourent (jusqu'à 32). Chaque case est un quartier ou une merveille. Une petite révolution qui permet de voir sa ville grandir mais qui change la donne également militairement puisqu'il faut conquérir la ville quartier par quartier pour atteindre son centre. La défense est donc un peu plus complexe à mettre en place pour les villes de grande taille.
L'aspect religieux et touristique est présent mais trop complexe et peu rentable pour s'y attacher malheureusement. En revanche, il y a toujours les routes commerciales qui sont vraiment rentables tant en interne qu'externe... à condition de protéger les caravanes des invasions barbares!

Dommage qu'il n'y ait pas la carte du monde...
Bande-son
Christopher Tin dirige d'une main de maître un orchestre philharmonique. Le résultat est tout simplement impressionnant. Chacun des morceaux est un véritable chef-d'oeuvre. Le seul petit soucis c'est que chaque Civilisation n'en dispose que de quatre (une pour chaque ère). Elle tourne en boucle quasiment en permanence. C'est dommage parce qu'elle ne reflète pas du tout la variété de la bande-son de quelques 76 titres!

Durée de vie
Potentiellement des centaines d'heures! Rien qu'une partie fait à elle seule entre 40 et 50 heures. La rejouabilité est à intéressante grâce aux différentes types de victoires possibles. Firaxis propose réguliérement du contenu gratuit lors des mises à jour.

Bref
Civilization VI apporte son lot de nouveautés tout en gardant les bases d'une mécanique bien huilée. Un équilibre qui est atteint mais quelque peu terni par une IA diplomatiquement incohérente qui force un peu trop au conflit. Je reste un peu frustrer de ne pas pouvoir jouer sur la carte monde. Nul doute que Firaxis corrigera tout ça à coup de rustines bien placée! En tout cas, bâtir sa civilisation et la voir évoluer à travers les âges est toujours aussi trippant!


17/20

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

2 commentaires:

  1. Civilization VI est un jeu super ! J’y ai joué un soir chez un pote, et j’avoue avoir été conquis. Malheureusement, je n’avais pas pu le finir. Je l’ai donc commandé et j’attends impatiemment qu’il arrive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des heures et des heures de jeux en perspective ;D

      Supprimer

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!