Test Dishonored 2, bienvenue à Karnaka


Profitez de la vie de palais, ça ne va pas durer
Après un Dishonored résolument à part, Arkane Studios récidive avec Dishonored 2!

Bienvenue à Karnaka
Scénario
Emilie règne sur le royaume du haut de la tour de Dunwall. Elle est éduquée et formée par son père Corvo. Rapidement, le trône est pris de force par Delilah. On ne sait pas qui elle est et pour quoi elle attaque ouvertement la royauté. 
C'est à ce moment que le joueur doit choisir entre incarner Corvo personnage du premier Dishonored ou encore Emilie. Si la trame principale est identiques dans les grandes lignes, les dialogues et la perception des événements varient. Les devs ont fait un énorme travaille sur les choix. Il m'a suffit de discuter avec d'autres personnes qui ont joué à Dishonored 2 pour m'apercevoir que l'histoire changeait vraiment. La manière de jouer et les décisions que le joueur effectue influence d'une manière importante le scénario du jeu.
La trame reste toujours cependant dans le même état d'esprit que Dishonored premier du nom: il va falloir traquer des cibles et les neutraliser de manière létale ou non... A vous de voir! C'est surtout l'ambiance et tout un ensemble de petits détails qui font la différence. Les passants, les soldats, la ville... Tout a une petite histoire à découvrir. En cela Dishonored 2 se montre très prenant. 


L'expression faciale est impressionnante
Graphismes
Arkane Studios a développé un moteur graphique sur mesure au nom de code Void Engine. On passe vraiment à un niveau technique supérieur. L'esprit artistique si particulier est conservé. Mais techniquement, on voit qu'on est vraiment un cran au dessus. Dishonored 2 est vraiment beau et nous offre de beaux paysages. Il n'est pas bluffant de réalisme car ce n'est pas son style mais il n'empêche qu'il est capable d'aligner des visages vraiment expressifs, des textures tout en finesse ou tout simplement la mer qui vraiment bien faite (dans le 1, il y avait un certain retard à ce niveau là). Les niveaux fourmillent de détails. Là encore, on sent le soucis permanent des devs de travailler chaque recoin de chaque niveau pour que le joueur prenne plaisir à explorer et fouiller les moindres recoins.

Karnaka by night
J'ai pris énormément de plaisir à redécouvrir une partie de Dunwall avec des graphismes améliorés. Mais c'est dans une nouvelle ville du nom de Karnaca que l'histoire se déroulera, l'ambiance est donc tout autre. J'ai trouvé Karnaca plus "chaleureuse" même si dans l'esprit, ça reste assez glauque.

Les pouvoirs peuvent être améliorés à l'extrême
Jouabilité
Le choix est laissé au joueur de se la jouer infiltration ou en mode bon gros bourrin à tuer tout ce qui bouge sur son passage. Pour cela, on a à disposition une panoplie de gadgets et de pouvoirs afin d'évoluer à travers les niveaux en fonction de votre style. Je suis resté assez old-school en mettant le paquet sur la téléportation afin jouer la discrétion au maximum tout en boostant la santé. Il y a aussi des pouvoirs offensifs qui rendent votre personnage particulièrement léthal.
Mais c'est vraiment dans le mode infiltration que l'on voit tout le travail de dingue sur le level-design. Les possibilités d'approche d'un niveau sont vraiment multiples. Vous pouvez recommencer le même niveau plusieurs fois et l'aborder d'autant de nouvelles manières. C'est juste impressionnant.
En mode bourrin, il faut tout de même faire preuve d'une certaine finesse puisque les affrontements ouverts face à un grand nombre de soldats ne terminent pas vraiment bien en général. Ce ne sont plus les rats qui ravagent la ville mais des mouches de sangs. Cependant, votre style de jeu n'aura pas d'impact sur la contamination de la ville comme c'était le cas pour le premier Dishonored.

Va falloir chercher le code!
Il y a aussi des des énigmes, des codes de coffres tout le long du jeu. Sachez qu'en fonction de chaque partie, il y a des énigmes ou codes différents. Cela évite aux joueurs de céder à la facile tentation d'aller chercher une soluce en ligne. Il en va de même sur les déroulement des missions, les objectifs ne se situent pas forcément au même endroit.

Voir dans le passé à travers un mirroir
Mention spéciale à un niveau super prenant où l'on peut voyager à volonté entre le passé et le présent un peu comme dans Titanfall 2. C'est juste énorme et trippant à souhait. J'aimerai tellement que les jeux vidéo empruntent cette direction et avoir un jeu orienté entièrement sur ce concept! Ici, on peut voir à travers un miroir dans le passé. Exemple: saut dans le passé, alerte des gardes, retour dans le présent. On voit les gardes cherchaient dans le vide à deux pas de vous. Et c'est franchement kiffant lorsque l'on sait tout ce que l'on doit faire pour les éviter.

L'outsider n'aura jamais été aussi creepy
Bande-son
La musique n'a malheureusement pas de thème marquant mais elle contribue grandement à l'ambiance. Dès que l'on se fait un peu repérer, il y a une montée en puissance tout comme lorsque l'on cherche à fuir. Autant dire que ça donne un bon coup de stress et une bonne dose d'adrénaline au bon moment.

Karnaka laisse des traces sur les habitants
Durée de vie
Comptez une bonne quinzaine d'heures pour terminer le jeu. Une trentaine si vous souhaitez vraiment faire toutes les quêtes secondaires et débloquer tous les pouvoirs. Le deux personnages à jouer combiné à l'influence des choix que fait le joueur offre une belle rejouabilité.

Seulement 20 000? Je suis déçu!
Bref
Arkane Studios a vraiment fait du bon travail sur Dishonored 2. On sent vraiment que les devs ont eu plus de moyens et se sont fait plaisir dans la création. L'expérience de jeu vaut vraiment le détour d'autant plus que régulièrement du contenu gratuit est ajouté depuis sa sortie.

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!