Critique Ready Player One, la pop-perfection

Synopsis
2045, le monde tel que nous le connaissons n'existe plus. La population essaie de survivre comme elle peut. Elle se réconforte en vivant quotidiennement dans un univers virtuel alternatif où tout est possible dans un monde numérique appelé l'Oasis.
Suite au décès de son créateur, James Halliday, une véritable chasse au trésor est ouverte pour découvrir trois clés. Ces dernières permettront d'avoir le contrôle total de l'Oasis ainsi qu'une somme d'argent conséquente. Le jeune Wade Watts est bien décidé à remporter la compétition!

Critique
Je dois vous avouer que même si ce film m'a hypé dès la première bande-annonce j'avais quelques réserves par rapport au rendu d'image de synthèse de l'Oasis. J'avais oublié à quel point Spielberg est un génie!
En introduction, on nous situe le contexte et concept de l'Oasis ainsi que les règles qui régissent ce monde virtuel. Les gamers se familiariseront très vite avec le concept qui n'est autre que de la VR ultra-poussée. Quel plaisir de découvrir un univers original flambant neuf se matérialiser sous notre nez! Ça part vraiment dans tous les sens, on voit beaucoup d'environnements sortis de l'imaginaire du réal. C'est une vraie claque!
Là où Spielberg fait vraiment la différence avec les productions actuelles, c'est qu'il ne se contente pas d'aligner des effets spéciaux bluffants. Le maestro place et déplace la caméra au bon endroit au bon moment pour nous offrir une mise en scène fluide et à couper le souffle. Ajoutez à ça une photographie des plus atypiques. Je peux vous dire que vous voyagez littéralement avec les personnages du fond de votre fauteuil de cinéma.

Mais qu'est-ce qui fait le charme de Ready Player One? Quel est ce petit plus qui fait j'ai eu immédiatement envie de le revoir une seconde fois en sortant de projection? C'est sans doute toutes cette avalanche permanente de références au monde du gaming et du cinéma. Il y en a un paquet , on ne sait plus où donner de la tête mais ça reste vraiment lisible et cela ne vient pas perturber le déroulement de l'histoire. Le Wow effect est omniprésent à chaque apparition de personnages issus de nos univers préférés (Tomb Raider, Starcraft, Overwatch, King-Kong, Jurassic Park, Gears of War, etc...) ou mise en scène particulière qui nous rappelle tel ou tel film. Spielberg pousse loin le concept de cross-over et ça marche!
On se prend forcément au jeu de la chasse au trésor, découvrant au fur et à mesure la suite des aventures à travers les yeux ébahis de Wade Watts qui sont également les nôtres. Le scénario est original avec une double histoire: une qui se déroule dans le monde réel et l'autre dans l'Oasis. Le déroulement reste assez classique mais la mise en forme est tellement énorme qu'on oublie vite ce défaut qu'on pardonne bien volontiers. Le réalisateur arrive à retranscrire à l'écran la camaraderie que l'on peut avoir entre joueurs en ligne. On sent que Spielberg a bien fait ses devoirs à force de visiter l'E3.


Steven Spielberg nous crie haut et fort son amour pour la culture pop aux générations passées, actuelles et futures. Rappelant au passage à toutes et à tous que c'est le divertissement qui prime avant tout dans la création vidéoludique, on sent clairement le message personnel. Le réalisateur nous offre une véritable bombe cinématographique incontournable. Le film parlera probablement moins aux non-initiés mais le détour par la case ciné est largement conseillé. Un film réalisé avec passion, comme on en voudrait tous les jours.


19/20
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!