Test Blackberry KEYone, le smartphone autrement

Blackberry revient avec le KEYOne véritable retour aux sources puisqu'il intégre le célèbre clavier physique. Le constructeur entend ainsi apporté une solution moderne tout en gardant ses racines. Un pari risqué mais qui permet d'apporter une vision neuve sur l'idée de ce qu'est un smartphone.

Le KEYone est plutôt massif avec 186 grammes à la balance avec 7,25 centimètres de largeur pour 14,93 de hauteur et 0,94 centimètres d'épaisseur. Il donne en tout cas l'impression d'être franchement costaud! Son écran de 4.5 pouces d'une définition atypique de 1620 x 1080 pixels dispose de rebord légèrement curved en 2,5D. On a une belle palette de couleurs qui s'affiche mais la luminosité, même au maximum, manque de punch surtout en plein soleil où elle est clairement insuffisante.
Sur le côté droit, à côté de la touche volume, il y a une touche utilitaire sur laquelle on peut choisir n'importe quelle programme à lancer pour un accès plus rapide. Le bouton latéral gauche sert quant à lui à verrouiller le smartphone.

Un des gros point fort du KEYone c'est son revêtement grippant. Non seulement il est agréable au touché mais en plus il évite de faire tomber son smartphone. Cela fait plaisir de voir un constructeur qui pense d'abord au côté pratique. De plus, ce type de matière ne raye pas contrairement aux revêtements que l'on peut voir chez les gros constructeurs comme Samsung ou Huawei.

Sur la face avant, la partie supérieure de l'appareil, on a voyant pour les notifications d'une part et d'autre part un appareil frontal à 8 mégapixels.

L'appareil photo principal est capable de capturer des photos à 12 mégapixels.

En prise extérieure et intérieure, l'appareil se montre réactif. Le résultat est généralement bon en dépit de la limite du hardware.

En revanche, dés que l'on passe sur des photos type macro, l'appareil a tendance à saturé. Pire, en situation de faible luminosité, le capteur fait ramer le logiciel de l'appareil photo! On ne peut pas dire que ça soit la faute d'autres éléments avec un processeur octocoeur Qualcomm Snapdragon 625 cadencé à 2Ghz et 3Go de RAM , le KEYOne en a sous le capot.
L'appareil photo fera donc son travail correctement dans de bonnes conditions mais ne comptez pas sur lui pour aller plus loin.

En bas du smartphone, on a les haut-parleurs stéréo sont corrects. Le chargement se fait par pris USB-C. Le KEYone est particulièrement endurant. Avec une utilisation sans concession (musique, mail, photos, GPS, Tweeter, etc...), il tient aisément les 48 heures pleines sans broncher. Sa batterie de 3505 mAh est pleinement exploitée. Cela s'explique par une luminosité limitée de l'écran mais également une software efficace de l'utilisation de la batterie des applications.

Parlons maintenant de ce fameux clavier physique. Blackberry a vraiment fait un effort pour en faire plus qu'un simple clavier. Ainsi, le barre d'espace fait office de détecteur d'empreinte très réactive et offre toute les possibilités de personnalisation qu’Androïde peut offrir.
Vous pouvez également voir trois bandes métalliques séparant les rangés de touches. Celle-ci sont tactiles et permettent de scroller facilement sur les applications ou en navigation Internet par exemple. C'est réactif, efficace et intuitif.

J'aimerai en dire autant de la partie software... Blackberry laisse deux choix à l'utilisateur. 

Soit vous restez clavier physique. La partie virtuelle du clavier est réduite à la proposition de mots via l'excellente saisie prédictive made in Blackberry. Celle-ci est vraiment plus intuitive est personnalisée que ce que j'ai pu voir chez les autres constructeurs. Du coup, pour avoir des smileys, il faudra passer par un sous-menu pour les faire apparaître. C'est un peu moins rapide que l’accès direct. C'est une question d'habitue mais honnêtement, c'est largement possible.

Soit vous faites cohabiter le clavier physique et le clavier virtuel qui utilisera un peu moins de la moitié de l'écran. Ce qui est dommage en présence du clavier physique. Mais on peut apprécier que Blackberry laisse la possibilité à chaque utilisateur d'utiliser son smartphone comme il l'entend. Un compromis équitable pour séduire les fans de la première heure tout en attirant des nouveaux clients.

Cependant, l'affichage du clavier virtuel est assez lent (parfois jusqu'à une seconde pleine). Ce qui fait perdre en fluidité alors que l'expérience du smartphone est très bonne à ce niveau. Pire, sur Twitter, j'ai renconté littéralement l'impossibilité de faire apparaître le clavier virtuel ou utiliser le clavier physique. Il ne se passe littéralement rien parfois pendant deux secondes parfois pendant cinq voire dix secondes. Ce qui est franchement pénible. A ce jour, trois mois après le lancement, Blackberry n'a toujours pas corrigé ce soucis...

Heureusement, la surcouche se rattrape comme la présence d'une barre latérale qui permet un accès rapides à l'agenda, ses messages et son carnet de contact. Le tout est personnalisable à volonté.

 
Blackberry a eu la bonne idée de centraliser l'ensemble des applications sur un seul et même Hub. Mails, SMS, Facebook, Instagram, Twitter, Messenger... Tout est centralisé sur une seule applications qui fait apparaître rapidement tout les notifications. Par contre, il faudra penser à désactiver celles des applications au risque d'avoir des doubles notifications. Le hub ne dénature par les applications puisque lorsque l'on sélectionne les messages, c'est bien l'app d'origine qui se lance.
Blackberry met en avant la sécurité avec DTEK qui surveille l'intégrité software du smartphone. Un antivirus en somme mais difficile de juger de son efficacité.

Petite surcouche sympathique: lorsque l'on branche le smartphone, on peut choisir le mode "boost" qui met en veille la synchronisation des applications sauf si vous allez dessus. Cela permet une charge plus rapide du smartphone. Autrement, on a accès au type de branchement de base comme la connexion en tant que périphérique à votre ordinateur. Le KEYone dispose de 32 Go de mémoire extensible avec une carte SD.

Bref
Difficile de vous conseiller le KEYOne même si il est rempli de bonnes intentions vraiment appréciées. Tout d'abord son tarif de 600€ est trop élevé par rapport aux specs du smartphone. On paye clairement la recherche qu'il y a eu sur le clavier physique. Celui-ci est bien pensé mais entaché par une surcouche logicielle qui ne suit pas. En ce qui me concerne, l'utilisation galère de Twitter, c'est un carton rouge obligatoire. Clairement si vous n'utilisez pas cette application et que vous souhaitez retourner à un clavier physique, vous pouvez y aller. Autrement, passez votre chemin...
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!