Critique Glass et Q&A avec l’équipe du film

Synopsis
David Dunn se met en quête de "la bête" qui sévit dans les quartiers... Les indices sont minces et David est lui même traquée par les forces de l'ordre. Son intervention doit être discrète au maximum. Mais son envie de rendre justice et de sauver les autres va l'amener à prendre des risques.
En parallèle, l'homme aux os de verre, Elijah Price, est retenu prisonnier mais il ne compte le rester très longtemps...

Critique
Glass, c'est le crossover maison de M. Night Shyamalan qui mélange les personnages de Incassable et de Split. Mais c'est surtout la conclusion d'une trilogie originale.
Le réalisateur a gardé la main-mise sur le processus de créativité mais également de production. En découle un budget très réduit de "seulement" 20 millions de dollars. Mais cette limitation va servir le film dans le bon sens pour passer outre les effets spéciaux à gogo et pas forcément utile pour se concentrer sur les personnages même du film.
On retrouve l'incassable David Dunn incarné par Bruce Willis, Elijah Price incarné par Samuel L. Jackson et James McAvoy qui incarne Kevin Crumb habité par de multiples personnalités.
Chacun a le droit à son histoire tour à tour et au fur et à mesure. On apprend ce qu'ils sont devenus, ce qu'ils font maintenant et c'est particulièrement cohérent avec Incassable et Split. Shyamalan arrive à jongler facilement entre chaque histoire en les intégrant très naturellement dans la trame scénaristique.

La mise en scène est soignée avec des cadrages photo très efficaces. M. Night Shyamalan est à contre-courant de qui fait actuellement dans l’industrie du cinéma avec les films de super-héros à savoir aligner combat sur combat et effets spéciaux dantesques. Et c'est tant mieux! Ici, on est plus dans la psychologie de chaque personnage avec une construction scénaristique qui cherche à susciter le spectateur.
L'intrigue globale repose sur l'existence ou non d'individus avec des "dons". Le doute est semé en permanence tout le long du film. C'est traduit par des lieux sombres avec une caméra qui se place de manière suggestive afin de laisser l'imagination de l'auditeur prendre le dessus et être amené à sa propre réflexion et à douter. En en montrant moins, les personnages sont plus crédibles et finalement plus proches du spectateur et casse la barrière de l'impossible.

Le seul défaut que j'ai trouvé à Glass et il est assez gênant, c'est de teaser une ouverture qui n'aura aucune suite. Cela n'aurait pas été dérangeant si cela n'avait pas été une partie prenante du film. Il fallait bien créer un ennemi pour réunir les trois comparses mais du coup, on se pose plein de question sur les motivations sans avoir de réponses. C'est assez frustrant.

Glass est la digne conclusion de l'univers mis en place avec Incassable et Split. Clairement, si vous avez appréciez ces films, vous pouvez foncer les yeux fermées. Mention spéciale à  James McAvoy tout simplement hors normes avec ses personnalités multiples. Il est juste bluffant! Shyamalan  ramène le cinéma à son essence à savoir: un bon scénario, des acteurs solides et une caméra bien placée pour raconter tout ça.


16/20


J'ai eu le plaisir d'assister à un séance de question-réponse en compagnie de M. Night Shyamalan et James McAvoy. En voici le résumé sans spoilers! 

C'est seulement après la sortie de Split que Night Shyamalan a eu l'autorisation de Disney pour emprunter les personnages de Incassable et de Universal pour Split avec un budget réduit volontairement pour garder le contrôle sur la réalisation. (C'est une situation assez unique quand on y pense vu que Disney contrôle tout généralement).
Le réalisateur préfère toujours prendre l'option la plus risquée quand il doit faire un choix. Si il sait que de procéder de tel ou tel manière ou que tel ou tel projet va forcément fonctionner, il préférera s'engager sur des méthodes moins conventionnelles et ceci afin de créer quelque chose de plus original et de moins prévisible. Il adore avoir des idées de plan de caméra et quand il en a une, il cherche à l'appliquer sur ses films. Il a précisé qu'il n'y aura pas de suite pour Glass, si le film reste ouvert à la fin pour lui la page est tournée.

Parmi les multiples personnalités qu'il a interprété, la préférée de James McAvoy est Hedwig mais il aime bien également celle qui parle de lui à la troisième personne, il l'a trouvé très drôle.
On lui a demandé si il avait préféré jouer la Bête ou Patricia. Il a préféré jouer la Bête car il faut éviter de surjouer et apporter de la finesse à un personnage brutale presque extra-terrestre.
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!