Critique Alita: Battle Angel

Synopsis
Le docteur Dyson Ido trouve un cerveau en parfait état dans une décharge à ciel ouvert d'Iron City alimentée par la ville suspendue de Zalem aussi belle qu'inaccessible. Ce dernier s'empresse de lui donner un corps. Il la nomme Alita, elle n'a aucun souvenir de sa vie passée mais elle maîtrise pourtant des techniques de combats quasi-oubliées... Bouleversant ainsi l'ordre établi!

Critique
Adaptation du manga Gunnm, Alita: Battle Angel aura fait couler beaucoup d'encre avant même sa sortie entre les "gros" yeux d'Alita qui avait fait paniquer les foules et les reports de sortie.
C'est Robert Rodriguez qui réalise soutenu par James Cameron qui aurait bien lui même tourner le film si Avatar ne lui prenait pas tout son temps.
On découvre, comme Alita, tout le monde original de Yukito Kishiro avec ses règles établies. Et pour cela, un ensemble de personnages secondaires est déployé autour d'Alita avec un casting crédible et solide. Christoph Waltz, Jennifer Connelly, Mahershala Alia, Jackie Earle Haley et bien d'autres. Tout ce petit monde rend l'univers crédible et chacun de leurs personnages dégage une personnalité forte et marquante. La seule erreur de casting, c'est Keean Johnson qui n'a pas du tout le niveau au milieu de tous ces professionnels. Il surjoue affreusement, on a l'impression d'être dans une parodie par moment. C'est un boulet que le film se traîne malheureusement sur la longueur.

Mais parlons de Alita interprétée par Rosa Salazar. Le personnage principal est entièrement modélisé de la tête aux pieds, c'est une véritable claque d'animation. Si il n'y avait pas ses yeux un peu grossi, on pourrait croire qu'on a une actrice non retouchée. 
Robert Rodriguez nous offre des scènes d'action époustouflantes superbement chorégraphiées et maîtrisées de A à Z. C'est un bonheur pour les yeux! Du grand spectacle tout simplement!
Et c'est au moment des combats que l'on voit la dualité de la personnalité d'Alita entre innocence et violence brute. 
On est en admiration à l'instar du personnage devant Iron City à l'ambiance cyberpunk. L'ambiance est très infantile, Alita joue d'ailleurs avec d'autres ados de son âge. Puis tout d'un coup, on passe à des scènes brutes de combat très crues.

Alita: Battle Angel est presque parfait! Il reste le boulet de Keean Johnson... Je me suis mis à lire le manga après avoir vu le film, il est bien respecté. Il y a quelques adaptations bien entendu pour condenser les premiers tomes mais les fans de Gunnm s'y retrouveront forcément. En tout cas, c'est clairement le genre de film qu'il faut voir au cinéma. La 3D est bien maîtrisée et image de synthèses oblige, elle n'en est que meilleure.


18/20
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!