Gamescom 2019: Aperçus Chernobylite Daymare 1998 et Weakless

On commence les reviews des jeux vus à la Gamescom avec en premier lieu Chernobylite développé par le studio The Farm 51.

Le jeu se déroule de nos jours, dans la zone d’exclusion de Tchernobyl où 30 ans après la catastrophe un scientifique retourne sur les lieux de l’incident accompagné de deux mercenaires afin de retrouver sa femme portée disparue à l’époque des faits.

Dès le début de la démo l’ambiance est instaurée : zone d’exclusion de Tchernobyl, militaire présent sur les lieux pour neutraliser tout intrus, présence de radiations, flashbacks de l’époque de l’incident. On comprend tout de suite que l’aventure ne sera pas enfantine.
Peu après avoir pénétré dans le complexe, notre héros trouve une matière appelé chernobylite, qui se présente sous forme de cristaux verts produisant une énergie sans limite et permettant d’ouvrir des portails dimensionnels. Il explique aux mercenaires que c’est de cette façon qu’il compte retrouver sa femme.

Cependant il n’a pas le temps de finir ses explications qu’un homme muni d’un masque à gaz sort de l’un de ces portails, blesse un mercenaire à la jambe et tue l’autre. N’ayant d’autres choix que de fuir, les deux personnages restants passent à travers un portail pour échapper à ce mystérieux assaillant.
Une fois sain et sauf, les mécaniques de jeux commencent à nous être expliquées: crafting présent à des fins d’améliorations d’équipements et de campement, ressources à ramasser sur les différents territoires à explorer, nos alliés peuvent aussi être envoyés en missions sur la carte afin d’acquérir de l’expérience et des ressources. Chaque personnage envoyé en mission peut mourir durant celle-ci, ce qui n’affectera en rien la trame principale de l’histoire.
La démo s’arrête ici après avoir terminé de nettoyer le camp de fortune dans lequel le joueur s’installe et après avoir activé une radio.

Le jeu développé sur l’Unreal Engine 4 ne paye pas de mine mais les graphismes restent assez impressionnants, la jouabilité est parfaitement fluide avec des effets de réalismes plutôt convaincants. L’alliance entre survival horror et les éléments de jeu cités plus haut est inattendue mais attire a su attirer ma curiosité sur ce titre.

Chernobylite est prévu pour la fin de l’année 2019 sur PC, PS4 et Xbox One.


 Jeu développé sur l’Unreal Engine 4 par Invader Studios et édité par Destructive Creations, Daymare 1998 est le jeu des créateurs du fan remake de Resident Evil 2 avorté par Capcom. Il est donc inutile de préciser que de nombreux clins d’œil à la saga et d’éléments de gameplay seront présents dans Daymare 1998.

Dans la démo qui nous a été présentée, nous incarnions un garde forestier qui après être retournée chez lui et avoir trouvé sa femme morte (assassinée ?), se fait agresser par un homme à la force surhumaine et perd connaissance. Une fois ses esprits retrouvés, l’homme prend la fuite dans la forêt et doit se frayer un chemin à travers les zombies qui nous barrent la route, rien d’insurmontable une fois le shotgun et quelques munitions trouvés dans les différents décors. À la manière d’un RE, il faudra aussi jouer avec les déplacements des ennemis afin de les contourner et d’économiser ainsi des munitions pour des monstres plus redoutables. Ici pas de héros invincible, quelques morsures vous mèneront à une mort certaine.

La démo se finit sur une énigme divisée en trois parties, ici aussi on retrouvera l’ambiance d’un RE, le jeu étant coupé entre phase de combats, d’exploration et d’énigmes tel un survival horror digne de ce nom.

Daymare 1998 sortira le 17 septembre 2019 sur Steam et plus tard dans l’année sur PS4 et Xbox One.


On continue sur notre lancée Gamescom avec cette fois Weakless, un jeu développé par Punk Notion. Ce jeu d’aventure à énigmes met en scène deux personnages ayant chacun leurs propres aptitudes. L’un grand et aveugle pourra pousser de lourds objets et interagir avec des éléments au sol grâce à son bâton. L’autre petit et sourd pourra quant à lui créer des plateformes et dégager des obstacles grâce à la cosse sur sa tête.
Chaque personnage en plus de ses caractéristiques a son filtre à l’écran, ainsi le personnage sourd verra le monde tel qu’il existe mais le personnage aveugle verra le monde en blanc et ne distinguera que le contour du chemin et des obstacles lorsqu’il avancera et tâtera le sol de son bâton.

La démo fût assez courte et je n’ai pas pu en savoir plus sur l’intrigue mais le jeu tire clairement son inspiration de titres tels que Beyond Eyes, Rime et Brothers : A Tale of Two Sons. 


La sortie est prévue pour automne 2019 sur Steam.


Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!