Critique La Belle Epoque

Synopsis
Victor est dépassé à tous les niveaux. Dépassé par les nouvelles technologies qu'il rejette, dépassé par sa femme qui le méprise, dépassé par son fils qui fait un métier qu'il ne comprend pas, dépassé par le monde du travail qui ne veut plus de ses dessins.
Alors qu'il était au plus mal, on lui propose une expérience un peu particulière: vivre une époque de son choix... Victor veut replonger à l'époque où il a rencontrer l'amour de sa vie, les choses étaient bien plus simple.

Critique
Découvrir un Daniel Auteuil amer, énervé par la technologie d'aujourd'hui rappelle un peu nos grands-parents ou parents. C'est marrant et ça sonne terriblement vraie.
L'expression la "Belle Époque" est une expression des années 30 qui fait référence à la période d'avant guerre où la paix reigneait. Ici, on nous renvoie plutôt à l'époque des années 70.
Le concept d'une entreprise qui fait revivre une époque à ses clients est original et donne lieu à des situations causasses. On a aussi l'impression d'être sur un plateau de cinéma et d'assister aux coulisses en même temps que les scènes sont tournées. Ce qui créé une histoire dans l'histoire et comme Victor, on se laisse de plus en plus prendre au jeu. Au début, on est détaché d'autant plus que le personnage commente sa propre vie avec un cynisme cinglant puis au fur et à mesure on plonge volontiers dans cette mise en abyme.

Les dialogues sont bien écrits et vous feront sourire, parfois rire et à certains moments de tout cette mise en place alambiquée sortira des moments d'émotions comme on en voit que trop rarement au cinéma. Sous couvert d'une comédie romantique, Bedos appuie sur la corde sensible de la nostalgie d'une époque révolue où tout était plus simple, plus humain tout en critiquant les travers de la société actuelle. Daniel Auteuil est en pleine forme à l'instar de Guillaume Canet et Doria Tillier très dynamiques à l'écran.

La Belle Epoque est une bonne surprise qui arrive à faire preuve d'originalité en se montrant à la fois léger et sérieux. Les vieux reconnaîtront leur âge d'or, les jeunes verront que dans tous les cas les relations sont toujours aussi bordéliques. A voir!



17/20





Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!