Test Gears 5 PC

Chasse aux locustes sous les tropiques
Après un Gears 4 sans conviction, le studio The Coalition revient avec Gears 5 tentant le renouveau... mais pas trop!

Ambiance très glauque par moment
Scénario
Après une introduction d'une bonne heure avec J.D. Fenix, on prend les commandes de Kait. Il lui est arrivé un truc genre il aurait tourné un peu du côté obscur de la Force mais bon on ne sait pas ce qui est arrivé. C'est très sous entendu mais on en saura pas plus. Mais bon c'est pas grave de toute façon le personnage principale c'est Kait!
Et lui arrive pas mal de choses! Difficile de ne pas spoiler mais on en apprend énormément sur son passé. L'ambiance est très sombre, on mène une enquête sur l'origine même des Locustes. L'histoire est prenante, on a vite envie d'en savoir un peu plus. Puis finalement sous fond de l'éternel conflit avec les Locustes, on nous tease une rencontre, un combat qui ne vient pas. Le générique de fin tombe comme un couperet tranchant? 
Le scénario de ce Gears 5 est une grosse blague! On dirait qu'on a juste assisté à un épisode d'une série alors qu'on nous a promis un film. Clairement le jeu ne se suffit pas à lui même et c'est bien dommage car ça décrédibilise tout ce qui a été mise en place. Tout ça pour nous teaser un Gears 6...
On  nous fait même le coup de faire un choix... un seul ni plus ni moins.

Les paysages sont somptueux qu'imposants
Graphismes
Testé sur PC, la claque est bien là! On a vraiment l'impression d'assister en permanence à des cinématiques tant le rendu est propre. Le design reste assez grossier et manque de finesse puisque c'est la marque même de fabrique des Gears mais il n'empêche que c'est franchement impressionnant et c'est surtout bien optimisé. Tout ça grâce à une technologie qui adapte le rendu en fonction des ressources du PC. En gros, dès qu'une scène nécessite sollicite le hardware et qu'il ne tient pas, les paramètres s'ajustent pour garantir un rendu fluide. Clairement c'est comme ça que tous les jeux devraient fonctionner. 
Gears 5 tente l'open-world mais pas trop... C'est très beau à voir quand on navigue mais on se rend très vite compte que c'est assez limité. Si on apprécie le voyage, les cartes si elles sont imposantes visuellement ne contiennent pas tant d'espace de jeu pour se faire plaisir. On ne peut cependant que saluer la volonté d'afficher des univers divers et variés. 

Le skiff est la nouveauté la plus fun du jeu
Jouabilité
On prend les même et on recommence! Le système de couverture et tir est usé jusqu'à l'os. Ce Gears 5 ne fait malheureusement pas exception. Tout ce que l'on a pu voir dans les précédents Gears est là: Lanzor, grenade, recharge à synchroniser au bon moment...
On a un nouveau pote robot qui s'appelle Jack. Il fait office de soutien tel un vaillant R2-D2 qui se joint au combat. Entre camouflage, arc électrique, bouclier.. il sera un précieux allié pendant la campagne. Peut être même trop car il facilite bientôt les missions. Il faut vraiment le faire exprès pour mourir. On peut améliorer ces pouvoirs en ramassant des pièces éparpillées à travers les niveaux.
On pourra prendre à un certain moment contrôle des Locustes mais ce point de gameplay est à peine effleuré et clairement sous exploité. On peut également tirer dans l'environnement pour faire tomber des pics de glace du les ennemis ou encore faire un trou sur un lac gelé. Intéressant encore mais très peu utilisé.

Dézinguer des nués est trippant mais on en voit assez peu
On a un nouveau type d'ennemis: des robots mélangés avec des Locustes. Un combo mortel très difficile à éliminer. Il y a aussi des nués qui se déplace comme les pieuvres dans Matrix. C'est marrant à dézinguer.
Pour naviguer dans le monde ouvert, on utilisera un skiff. C'est clairement pas pour ça qu'on joue à Gears mais c'est franchement kiffant de voyager avec sur les étendus gelés ou les mers de sable rouge.


Un rocher qui tombe à pic
Bande-son
Gears 5 s'est offert Ramin Djawadi pour la B.O. qui est un habitué. Elle apporte clairement un véritable plus au jeu tant un point de vue immersion qu'émotion.
Si je n'ai vu aucun bug tout le long de la campagne, il m'a été impossible de désactiver les sous-titres pendant la cinématique. Pire, les mots affichés ne correspondaient pas du tout à ce qui était dit à l'écran!


Du Halo dans Gears, le cross-over le plus ambitieux de Microsoft
Multijoueur
C'est le morde Horde qui est le plus sympa à jouer mais qui reste quasi identique à celui de Gears 4. Il n'y a que 9 personnages (ce nombre varie selon l'accès aux DLC) avec des flingues et des capacités spécifiques. Et attention les doublons ne sont pas autorisés! On ne peut pas personnaliser son équipement comme choisir son arme à part les skins et des avantages temporaires par match.
Entre chaque vague, on subit un affiche forcé des scores pendant 10 secondes, c'est assez insupportable et cela fait perdre de précieuses secondes pour s'organiser ou aller chercher des munitions. les cartes sont assez petites... En fait, on vous ferait jouer au mode horde de Gears 4 et le 5 que vous ne verriez pas vraiment la différence à part la présence de nouveaux ennemis.
Outre les classiques matchs à mort, domination et autre classiques du genre, il y  un mode fuite qui consiste à évacuer une zone sous la pression d'un chronomètre. On équiper d'un pistolet au départ. On ne pourra pas affronter tous les ennemis puisqu'on est qu'une petite équipe de trois maximum. Il s'agit donc de rusher intelligemment. Il faut parfois balancer le pour et le contre pour réanimer un coéquipier traînard. Mais bon on est nombreux, moins on a de chances de survice comme chaque jeu en coop.


Trancher avec du Lanzor ça fait toujours son petit effet
Durée de vie
Comptez une bonne vingtaine d'heures pour la campagne en remplissant les quelques missions secondaires et en prenant le temps. Le multi et notamment le mode horde offrira de nombreuses heures de jeux pour les amateurs du genre.

Moi non plus je n'y ai pas cru
Bref
Un Gears 5 qui tente d'apporter des nouveautés mais bien trop timidement. Le scénario de la campagne est très frustrant mais l'aspect technique compense en offrant de belles claques visuelles.
Le multi ne prend pas trop de risques non plus et se repose finalement sur les acquis des précédents opus. J'en attendais pas mal de ce Gears 5, peut être un peu trop. Il reste finalement très dispensable dans la saga Gears.


14/20






Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!