Test Death Stranding

Il est là!
Hideo Kojima, le papa du mythique Metal Gear Solid nous présente en exclusivité sur PlayStation son dernier bébé: Death Stranding. Il aura fallu près de 3 ans pour que ce jeu mystérieux voit le jour. Est ce que toute cette attente en valait la peine? Voici en quelques ligne ce que j’en ai pensé après l’avoir terminé. Volontairement je ne souhaite pas trop entrer dans les détails du jeu (par exemple vous dire quel équipement on est amené à posséder) je trouve que ça vous priverai le plaisir de la découverte qui à mon sens constitue l’essence du jeu.

Salut Dary... euh Sam!
Scénario
L’histoire se déroule dans un monde post apocalyptique où toute trace de notre civilisation semble être partie en poussière victime de nombreuses années d’érosion (le temps qui passe, la vieillesse, la rouille, etc...). La nature a repris ses droits, plus de building, de centres commerciaux, d’avions, de poteaux électriques ni même de routes. Il reste de notre civilisation des hommes et femmes vivants dans de petits abris isolés voir de petites cités, quelque chose qui ressemble à Internet et quelque chose qui ressemble à Fedex ou encore Colissimo, Mondial Relay, UPS etc .

C'est pas vraiment rassurant!
C’est une angoisse totale, on se sent bien seul et tout semble à reconstruire. Vous incarnez Sam Porter Bridges (Norman Reedus), un mec qui ressemble trait pour trait à un certain Daryl de Walking Dead mais qui n’a pas d’arbalète. Il fait partie de cette boîte de livraison que j’ai comparé à FedEx parce que ça me fait penser au film Seul au monde avec Tom Hanks sauf que cette fois, c’est la mort qui s’est échouée (Death Stranding) sur notre monde.
À partir de ce constat votre aventure va commencer et je pense qu’il serait trop dommage de risquer d’en dire trop. Je vous laisse découvrir pourquoi il n’y a plus personne dehors, pourquoi la pluie est un danger et pourquoi vous avez un bébé accroché à votre combinaison.

C'est ce qui s'appelle un coup de tête
Mon avis sur le scénario du jeu c’est que c’est du Hideo Kojima.  Un mix entre le jeu vidéo et le cinéma. Avec une part très importante sur l’histoire qui nous est racontée et que nous déroulons avec nos petits doigts de gamer. Il faut parfois vraiment s’accrocher pour tout comprendre, j’ai souvent pensé que je n’y arriverai pas puis au final ça l’a fait.
Après avoir fini le jeu, j’ai du patienter un peu pour me faire un vrai avis sur cette histoire parce qu’à chaud j’étais partagé et je me posais surtout beaucoup de questions. Death Stranding rempli son rôle j’ai été complètement à fond durant toutes ces heures de jeu et même après. J’ai envie de dire que si vous réussissez à entrer dans cet univers et que vous acceptez le gameplay, votre curiosité naturelle vous poussera à avancer...ou peut être que ce sera au final une autre chose que nous avons tous en nous qui le fera.


La marchandise est parfois... surprenante!
Graphismes
Les cinématiques et la modélisation des personnages sont au top, il n’y a pas grand-chose à redire. Par exemple, on n’a aucun mal à reconnaître Norman Reedus à travers Sam Porter. Le personnage peut aussi se salir, les objets s’oxyder/s’abîmer. Je trouve ce genre de petits détails plutôt cool surtout quand c’est bien fait et c’est le cas ici. Au niveau des décors du jeu j’ai bien aimé la variété des environnements (plaine, forêt, marécages, montagnes etc.) et surtout les changements de météo que j’ai trouvé bien réalisés! Une mention spéciale au tempêtes de neige superbement réalisées. 

A pied...
Jouabilité
Vous incarnez donc un « porter », une sorte de super livreur futuriste qui peut être chargé comme un Kangoo et faire des kilomètres à pied sur des terrains escarpés. Le but du jeu c’est de ne pas abîmer votre marchandise et de la livrer. Pour cela votre attirail va évoluer et vous aurez même la possibilité d’avoir des véhicules bien cool comme une moto ou encore un gros fourgon blindé. Le cœur du gameplay réside dans la gestion de vos marchandises et équipements il sera plus ou moins compliqué de se déplacer selon votre charge, le chemin emprunté et les rencontres que vous pourrez faire.

... ou à moto?
Mise à part quelques imprécisions par moment, ça se passe plutôt bien. En terme de jouabilité, ce n’est clairement pas le jeu le plus accessible du monde ni ce qui rend Death Stranding remarquable mais on s’y fait rapidement. Au niveau de l’équipement, celui-ci est futuriste à souhait et son utilisation est très simple (on ne galère pas dans les boutons).


Spidey est passé par là!
Bande-son
Alors sur cette partie il n’y a rien à redire. Doublages en français de qualité et une bande son aux petits oignons (oui j’adore cette expression et aussi les oignons). L’intro du jeu est portée par une musique que j’ai beaucoup apprécié. Ce qui est génial je trouve c’est d’avoir "calibré" la présence de la musique dans le jeu. J’ai eu l’impression qu’elle se faisait entendre quand j’en avais besoin. Qu’elle me redonnait du boost et l’envie de continuer à avancer encore et encore dans ce jeu. Belle perf vraiment !

Va falloir éviter de boire un verre pendant ce passage
Durée de vie
Si vous aviez peur que le jeu se rush en moins de deux ne vous inquiétez pas. On dit que Paris ne s’est pas construite en un jour et alors pour reconstruire l’Amérique je vous laisse deviner. Rien qu’avec les cinématiques et les phases de jeux principales vous en aurez pour votre argent.
Je l’ai terminé en 47 heures et j’ai pas fait toutes les quêtes annexes. J’ai passé beaucoup de temps à lire les e-mails qu’on reçoit ou les informations diverses sur notre terminal. D’ailleurs parfois je me suis arraché les cheveux pour comprendre et j’ai pris mes jumelles tellement c’était écrit petit. (Un correctif a été apporté entre temps). C’est du Kojima, vous avez énormément d’informations dont des choses parfois à jeter tout en sachant que rien n’est vraiment au hasard et que parfois une petite ligne vous aidera à comprendre l’essentiel. Je vous conseille de prendre ce temps. Des fois on se marre quand même!

Le plus beau like du monde
Bref
J’ai volontairement souhaité ne pas trop en dire et vous donner la chance de vous faire votre propre expérience du jeu car vous l’aurez compris pour moi c’est une œuvre qui fera partie de celles qui m’ont marqué (The Last Of Us, Metal Gear, Shadow of the Colossus, Shenmue et j’en passe). Si vous n’avez pas peur d’un peu de lecture et que vous avez 18 ans et plus ce serait dommage de ne pas tenter l’aventure. Parfait pour les longues soirées d’hiver.


18/20

Par @tretorn_x
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!