Test Doom Eternal, quand l’enfer débarque sur Terre

He is back!
Après un reboot des plus efficaces, Doom s'offre une suite avec Doom Eternal avec id Software toujours aux commandes du développement.

Tout un mystère autour du mythe du Slayer, véritable chevalier

Scénario

Les démons ont débarqué sur Terre et l'UAC a offert l'humanité sur un plateau. Des combats ont eu lieu et nous avons perdu, une résistance s'est formée mais elle est très fragile. Vous incarnez le Slayer et votre objectif est simple: traquer et éliminer l'état major des démons pour remporter la guerre. Cette quête va nous amener à explorer divers endroits de la Terre mais pas que. On va pas se mentir, le Slayer, son armure et l'humanité qui compte sur lui, cela a un petit air de Halo avec le Spartan John-117 mais ça s'arrête là!
Le contexte est posé pour massacré du démon mais le background est énormément travaillé. Il y a clairement une dimension biblique dans cette campagne qui nous en apprend plus sur l'origine du Slayer et des démons. On oublie un peu ce côté martien avec le côté scientifique qui dérape.
Mais c'est pas plus mal car les développeurs se sont lâchés et offre une expérience intéressante. Si on ne retiendra pas forcément Doom Eternal pour la subtilité de son scénario, on ne peut que que saluer l'énorme travail qui fait pour mettre en place tout un univers et une histoire autour de la campagne que ce soit à travers des messages audio, des descriptifs ou encore des extraits de livres.

Je t'avais dit de ranger ta chambre!

Graphismes

En full 4K sur PC, Doom Eternal offre une jolie claque. Le style très massif de Doom ne fait pas dans la subtilité au niveau des textures et du design. On est sur du massif et cela convient au style arcade. Globalement, c'est agréable à voir mais c'est surtout très fluide, aspect indispensable au gameplay de Doom. 
Les développeurs ont mis de côté l'aspect oppressant et sous-terrain des Doom pour donner une impression de monde ouvert. On nous offre ainsi de sacrés panoramas qui semblent tout droit sortis de l'enfer mais pas que. 
Le level design est poussé au point d'offrir bien entendu de véritables arènes de gunfight mais également quelques casses-têtes. De nombreux bonus et défis sont cachés à travers les niveaux. L’explorateur de carte ne sera donc pas de trop.

Une bonne grillade en perspective

Jouabilité

On est sur bon gros FPS bourrin à souhait qui favorise l'enchaînement de combos en limitant volontairement le nombres de munitions, la santé et l'armure. Oui, on est du FPS oldschool où les PV ne se régentent pas tout seul et oui t'es un ancien si t'as connu ça.
Outre les bons vieux fusil à pompe, mitrailleuse et autres joyeusetés du genre, on a des accessoires annexes comme le lance-flamme. On crame les ennemis et on tire dessus: ça génère de l'armure. On exécute sa cible à coup de Glory Kill, on le droit à de la vie. T'as plus de munitions? La tronçonneuse est là pour t'en filer avec un peu de vie et d'armure à condition que t'ais assez de carburant. Toutes ces mécaniques favorisent un gameplay particulièrement nerveux.

Au bout d'un moment, c'es de la poésie
Doom Eternal s'offre clairement une dynamique RPG en proposant des améliorations d'armes déblocables à coup de défis. Globalement chaque arme deux modes secondaires qui conviendront à tous les styles de chaque joueur. Cela va du sniper aux munitions à têtes chercheuses, au munitions lance-grenade ou au pompe en mode sulfateuse. Chaque joueur trouvera son bonheur tant la panoplie est large.

Sans ses améliorations, le jeu deviendrait très vite injouable
Ajoutez à cela des upgrades essentiellement accès sur les accessoires (diminution du temps de recharge, augmentation de charges, résistance aux explosion, etc...). Le tout est déblocable à coup de jetons de Praetor planqués sur tous les niveaux. L'idée est ici de récompenser les joueurs qui explorent les niveaux.

Il y a de l'amour dans ces bonus
Enfin, on peut aussi obtenir des améliorations via des crystaux Sentinel. Là, on augmente sa vie, son armure et ses munitions avec des avantages complémentaires qui vous permettront de monter en puissance efficacement.

La carte est aussi old school qu'indispensable
Et si ce n'est pas suffisant, il y a aussi des avantages à temps limité (invincibilité, munitions illimités, glory-kill instantané) qui vous permettront de prendre l'avantages sur les hordes démoniaques.

Et la horde est franchement bien fournie! Un ensemble de classes de démons vous en feront voir de toutes les couleurs entre dégâts à distance, dégâts au corps à corps, acide, missiles et pompe. Chacun à sa faiblesse, il faut donc en profiter même si il y en a quelques uns qui donnent vraiment du fil à retordre. Le plus vicieux reste le démon qui en fait apparaître d'autres et qui les boostent en prime. Autant vous dire que vous pourrez jouer des heures et des heures si vous ne l'éliminer pas en priorité!

Bim!

Bande-son

Bethesda a mis le paquet dessus avec une chorale de métaleux. Ça ne s'invente pas et si il fallait le faire c'était bien pour Doom! Le résultat est franchement excellent et colle parfaitement aux rythmes des combats tout en donnant un côté épique. Clairement cette O.S.T a une place à part dans l'univers du monde des jeux vidéo.

Bam!

Durée de vie

Comptez une bonne trentaine d'heures en explorant correctement les niveaux, une dizaine d'heures de plus est à prévoir afin de débloquer tous les bonus in-game. 
Il y a un mode en ligne mais pour moi Doom reste avant tout une expérience solo.
Le battle mode offre la possibilité de s'affronter à trois avec notamment un slayeur vs deux joueurs démons accompagnés de démons pilotés par I.A. C'est vraiment aytpique mais je n'ai pas accroché. 
Un mode joueurs vs horde aurait été plus pertinent.

Boom! (Pardon pour cette blague)
Bref
Doom Eternal est une belle suite qui pousse le concept arcade du reboot encore plus loin. Le sujet est maîtrisé de A à Z par id Software. Le concept de shooter est poussé à l'extrême avec une fluidité de jeu aussi agréable que vivante. 
Un bon défouloir comme on en fait plus!

Je n'avais plus de place mais c'est bien trop beau pour pas que je ne case ce screenshot

18/20

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!