Test Need For Speed Heat

On dirait le visu d'un jeu Gameloft
La licence Need for Speed peine encore et toujours à revenir. Après un raté avec NFS Payback, on nous emmène sur les terres du sud avec NFS Heat.

La mise en scène est digne d'un nanard es années 80
Scénario
Bienvenue à Palm City, ville ensoleillée où il fait bon vivre... Enfin presque! La police locale a une dent contre les pilotes et entend donc vous menez la vie dure. Votre pote Lucas, mécano chevronné, va vous introduire dans le milieu des courses officielles et le courses nocturnes.

Tu peux choisir et customiser ton perso
L'esprit "crew" est très mis en avant sans pour autant créer un sentiment d'appartenance au joueur. Les missions principales manquent de mise en scène pour attirer l’intérêt du joueur. On sent globalement qu'il fallait pondre un prétexte pour faire la course alors voilà, c'est posé là..

Tu passes à ce niveau de détails impressionnant...
Graphismes
Le moteur s'en sort pas trop mal. Les voitures sont superbement modélisées, clairement l'attention a été portée sur ce point. Pour l'environnement, c'est pas trop mal foutu avec des effets météos et des reflets de lumière qui viennent chatouiller la rétine. Mais le rendu global reste très aléatoire. L'environnement est modélisée inégalement. Parfois, on a une vraie claque dans les yeux avec un détail du bitume vraiment incroyable.

... A ce genre de textures dégueulasse qui te renvoient 5 ans en arrière
A contrario, on peut tomber sur des zones où les textures sont assez pauvres. On l'impression que différentes zones de la carte ont été confiées à des équipes différentes et il y en a une qui n'a pas le niveau. Les villes manque d'animation surtout au niveau de la circulation. Cependant, c'est un choix compréhensif d'un point de vue gameplay. Au début on se traîne une caisse assez lente. Une fois qu'on a un bon gros bolide, les quelques voitures qui circulent apparaissent très vite à l'écran, nettement plus difficile à esquiver.

"Jour, nuit" concept importé par Les Visiteurs
Jouabilité
dans cet épisode, EA a mis en place un système de jour/nuit. En plein jour, vous avez accès aux courses officielles tout à fait autorisée. Elles vous rapportent de l'argent uniquement pour acheter des voitures et des améliorations.
De nuit, les épreuves underground servent à acquérir de la réputation qui vous permettra de débloquer de la voiture et du matos (le droit d'acheter en fait). Mais plus la réputation acquise pendant la nuit est importante plus vous aurez un niveau de recherche élevé. Si vous vous faites attraper par la police ou que votre voiture est détruite, vous perdez toute votre réputation! Un sacré dilemme d'autant plus que plus votre indice de recherche est élevée plus il servira de multiplicateur à la réputation acquise.

Pour améliorer sa caisse, il faut du cash et de la réputation!
Semer la police n'est vraiment pas une chose aisée sachant qu'on ne peut réparer sa voiture que trois fois. La carte globale est plus orientée course que poursuites. Trop peu de tremplin, trop peu d'endroit ou faire des échappées de folie à coup de sauts ou de passages étroits. Du coup, on a tendance à sécuriser la réputation durement acquise autant que possible.
L'idée de mettre en place deux ambiances différents pour le jour et lanuit n'est pas une mauvaise idée mais il faut choisir entre l'un ou l'autre à chaque sortie de garage. Dommage qu'il n'y ait pas un cycle tout simplement.

Du rallye alors que tu fais tout pour mettre en place un esprit street... 
Niveau épreuves, on a de la course, du drift et du tout terrain. Je n'ai vraiment pas aimé les épreuves de drifts qui manquent de fun. Par contre, le drift facile en pleine course, c'est un grand oui! C'est un vrai plaisir de joueur de courses arcades.  Les épreuves de rallye n'ont franchement pas leur place à part pour faire gonfler artificiellement la durée de vie du jeu.

Oups! J'ai rayé la caisse!
Bande-son
La sélection de musiques est toujours au top comme toujours sur un NFS. Mais par contre le doublage et la traduction sont une catastrophe. Ce sont des éléments un peu bâtards dans le sens où quand c'est bien fait, on trouve cela normal mais par contre quand c'est mal fait ça saute vraiment aux yeux... Enfin ici aux oreilles! Les doubleurs sont vraiment pathétiques, ils surjouent et ça s'entend vraiment. Ajoutez à ça des traductions avec des répliques douteuses... (j'en ai même fait un thread!). Ça casse vraiment l'ambiance! Il aurait mieux valu laisser juste la musique et laisser le joueur tranquillement profiter des courses.

C'est pas passé loin!
Durée de vie
Comptez une bonne vingtaine d'heures pour terminer la campagne et le double pour obtenir la caisse la plus puissante du jeu avec les améliorations au maximum. Le multi offre bien entendu des heures de jeux supplémentaires.

En route vers la victoire!
Bref
Need for Speed est assez moyen, c'est le seul jeu de course arcade qui sort cette année. Comme un film pop-corn, il fait l'affaire sur le moment mais ne restera pas dans les annales. La mise en place d'un système d'argent et de réputation force le joueur à farmer un peu. Les épreuves ne sont pas vraiment funs. On sent que les développeurs sont allés dans tous les sens: courses, drift, tout terrain et courses-poursuites sans vraiment se démarquer et apporter une touche d'originalité. NFS Heat s'avère donc sans surprise mais pas désagréable non plus... A part le doublage!


13/20
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!