Test Terminator : Resistance, le studio qui voulait bien faire

Bienvenue dans le futur
Avec la sortie ciné du dispensable Terminator 6, on a le droit à une adaptation jeu vidéo du nom de Terminator: Resistance. Celle-ci n'a cependant pas de rapport avec ce film.

L'environnement post-apo est tristement vide
Scénario
Vous incarnez Jacob Rivers, combattant de la résistance dernier survivant de la division de Los Angeles après une attaque meurtrière de Skynet. Les machines n'en n'ont pas encore terminé avec vous et semble bien décider à vous supprimer! Dans votre fuite, vous allez rencontrer des survivants et les aider pour faire face aux machines.
L'histoire reste bien trop convenu avec des personnages finalement peu attachant. Le studio Teyon a essayé de mettre l'accent sur les dialogues à choix multiples mais c'est beaucoup de blabla pour finalement pas grand chose. Il y a des "fins" alternatives. Entendez par là qu'il y aura des storyboard animés un peu différentes avec des lignes de dialogue pour conclure.
On nous tease un retournement de situation que l'on voit venir à des kilomètres à la ronde mais qui avait pourtant un énorme potentiel si le studio avait pousser le concept un peu plus loin.
On appréciera tout de même le fan service très présent à travers différents éléments narratifs du jeu.

Dans le jeu on est dans le futur mais techniquement on est bien dans le passé
Graphismes
Planter le décor d'un jeu vidéo en pleine guerre des machines de la mythique saga Terminator, ça semble prometteur sur le papier! Sauf que ça l'est quand on a un budget et le manque de moyen se fait cruellement sentir.
Le jeu est composé de plusieurs cartes qui sont assez réduites qui sont parfois de jour et parfois de nuit. Il n'y a même pas de cycle et aucun effet météo. En fait, ce sont tous ces petits rien qui rendent crédibles un environnement qui sont absent.
L'environnement est assez peu vivant. On croise différentes machines à tuer et bien entendu des Terminators. Il faut reconnaître que les développeurs ont mis le paquet sur le rendu métal qui est assez crédible. Malheureusement pour le reste, il y a des années de retard. Tant et si bien que ça un petit côté oldschool et rétro qui rend finalement hommage à la saga.

La vision nocturne version 90's
Jouabilité
On est sur du FPS tout ce qui a de plus classique. Les mécaniques sont très old school et le gameplay un peu lourd... Encore une fois, on est à des années de retard du coup, on a une impression de rétro gaming avec des mini-jeux qui vont avec (piratage, déverrouillage de coffre à coup de crochet).
Resistance a voulu aller au delà du FPS en proposant une dynamique RPG qui consiste à améliorer son matériel et à looter sur le terrain. On peut ainsi crafter les armes de lancés type grenades à explosion, électriques, etc...
Pour le côté "open world", on est amené à  sécuriser des bases ennemis qui permettront d'obtenir des ressources pour améliorer son arbre de compétence. Et oui! Il y a même un arbre de compétences! Celui-ci vous permettra de vous équiper d'armes plus efficaces, d'avoir plus de santé, etc...

Mais pourquoi?
On peut également améliorer ses armes et pour ça le studio a mis en place un système de puzzle pour rendre compatibles les upgrades entre elles. C'est pas franchement fun et ça facilite la difficulté du jeu déjà trop facile. En effet, il suffit d'être équipé d'un fusil de sniper pour dézinguer tout ce qui bouge du petit robot sur patte au gros tank. Même lorsqu'on affronte des boss, il y n'y a pas vraiment de subtilité. Il y a des points faibles éclairés en rouge sur lesquels tirer et le tour est joué!

Ce gros truc rouge s'abat facilement tant que l'on garde ses distances
Bande- son
Niveau musique, clairement il y a un gros clin d’œil à Terminator premier du nom. Pour le reste, le jeu est doublé en anglais. Il y a souvent des problèmes de synchronisation labiale. On sent à nouveau le manque de moyens.

Les modèles sont pas trop mal comparés à l'environnement
Durée de vie
Comptez environ une douzaine d'heures pour clôturer cette campagne solo. La rejouabilité n'a franchement aucun intérêt. Les choix n'influent que des personnages secondaires et pas du tout l'histoire principale.
La lumière de votre gun est l'un des plus gros "effets" du jeu
Bref
Terminator: Resistance va un peu dans tous les sens en voulant se la jouer FPS, RPG, monde-ouvert... Des ambitions qui n'ont malheureusement pas les moyens. Il a des petits côté sympathique parfois, il y a de la mise en scène et c'est dynamique. Mais ces moments sont trop rares. On a l'impression d'avoir le croisement batard de Homefront: The Revolution et de Alien: Colonial Marines. Le jeu est réservé avant tout au fan hadcore de l'univers de Terminator et même dans ce cas là, il vaut mieux l'attendre à très bas prix.


8/20
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!