Test Zombie Army 4: Dead War

Karl, le soldat qui aura tout fait
Après Sniper Elite : Nazi Zombie Army 1 et 2 et plusieurs DLC, la saga revient dans quatrième opus nommé directement Zombie Army 4: Dead War. Les gars de Rebellion sont toujours derrière la licence depuis son lancement en 2013.

Karl n'est pas très calme et on le comprend!
Scénario
1946, Hitler a été vaincu et envoyé en enfer. Le fourbe décide à nouveau de menacer l'humanité en envahissant l'Europe avec une armée de zombies des soldats de son armée tombés au combat.
Il vous appartiendra de rejoindre la résistance sur divers places d'opérations pour l'aider et identifier la source des ses vagues infinies de zombies nazi... et d'y mettre un terme!
Un bon petit scénario digne d'une série Z qui fait le charme de la série Zombie Army. Sans surprise, il est surtout un prétexte pour dézinguer tout ce qui bouge.

Stranger game!
Graphismes
Niveau moteur, ça n'a pas bien changé depuis Sniper Elite 4 mais c'est propre, bien optimisé malgré le nombre conséquent de zombies affichés. L'essentiel des missions prennent place en Italie,  on a donc une impression d'avoir un Sniper Elite 4 skinné post-apocalyptique. Cela n'empêche pas d'avoir des décors très immersifs avec un environnement détaillé. Il y a même des petits easter eggs glissés par-ci par-là.
Une fois de plus, Rebellion Developments a fait du bon boulot! Il y a vraiment aucun bug sur le jeu de A à Z.

Toi je sens qu'une balle dans la tête ne suffira pas
Jouabilité
On a du gameplay de Sniper Elite avec des ralentis, du focus, etc... Rien de bien nouveau de ce côté. Tout ce joue sur les ennemis divers et variés. Par définition, on sera nettement moins subtil que sur un Sniper Elite avec des zombies qui arrivent de partout.
Le bestiaire est bien varié et posera son lot de difficultés avec des zombies à armure blindée, des snipers qui se téléportent, des zombies lanceurs de grenades protégés par un bouclier,  des zombies kamikazes, des zombies à sulfateuses ou lance-flamme... Je crois avoir faire le tour. Tout ce petit monde se goupille plus ou moins bien et n'aura qu'une envie: vous faire la peau!
On peut autant jouer avec un fusil de précision qu'une arme secondaire comme une mitrailleuse ou un fusil à pompe. Les points de ravitaillement de munitions sont effet assez nombreux. Ajoutez à cela la possibilité d'améliorer ses armes. On a aussi des pouvoirs comme des frappes électriques ou divines qui sont bien pratiques lorsqu'on est débordé par l'ennemi.
Que ce soit pour les flingues, les améliorations ou même les personnages, le choix est assez limité.



Faut pas parler la bouche pleine!
Bande-son
Le jeu est sous-titré avec un doublage propre et sans bavure. La B.O colle bien à l'ambiance sans pour autant être inoubliable. Elle saura tout de même apporter son petit lot de stress pour faire monter la pression.

Un petit air de film d'horreur
Durée de vie
Comptez 9 missions avec 4 à 5 niveaux pour chacune. Il y a aussi le classique mode horde où l'on doit survivre à des vagues.
J'ai joué au jeu un peu avant son lancement, pendant et après... Et malheureusement, je n'ai pas été capables de trouver d'autres joueurs. La liste de parties hébergées était désespérément vide. Le jeu ne semble pas avoir trouver son public face à une concurrence comme World War Z ou peut être que Rebellion paye la facture d'être passé sur l'Epic Store au lieu de rester sur Steam. Le matchmaking tourne en tout cas dans le vide...
A moins d'avoir des potes qui vous accompagne ou d'aller chercher des joueurs sur des forums, comptez donc sur une aventure solo qui vous occupera une bonne vingtaine d'heures.

ça va être compliqué de rassembler les morceaux
Bref
Zombie Army 4: Dead War manque globalement d'innovations. Les développeurs n'ont pris aucun risque et restent dans leur zone de confort. Les mécaniques fonctionnent mais elles ont été utilisées de bien trop nombreuses fois. Si vous n'avez jamais jouer à un Zombie Army, ce quatrième opus reste une expérience plaisante sans pour autant être inoubliable dans son genre. Un jeu pop-corn en somme.


14/20
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!