Test Gears Tactics, de la finesse dans un monde de brutes

La série Gears of War, connue pour sa douceur, s'est offert une jeu de stratégie tactique tour par tour avec Gears Tactics pour nous offrir une expérience plus en finesse. Le jeu a été développé par Splash Damage chapeauté par The Coalition.

Gab Diaz, un soldat qui cache bien son jeu
Gabe Diaz, un mécano qui cache bien son jeu


Scénario

Le jeu prend place chronologiquement place 12 ans avant le tout premier Gears of War. On incarne un certain Gabriel Diaz qui est étroitement lié à une certaine Kait Diaz bien connue sur les derniers Gears.
Globalement, le scénario de GT est assez classique. On doit trouver un méchant locuste tout moche et vilain et le tuer avec la très versatile CGU en fond.
Il y a plein de petites références discrétement posées ici et là qui feront plaisir aux fans de la licence. En fait, Gears Tactics est très complémentaire au Gears 5


Les locustes ont toujours besoin d'une chirurgie plastique

Graphismes

Techniquement, Gears Tactics est une vraie réussite. Il compense largement son concurrent direct X-Com qui a un moteur désuet . 
On a donc le droit à des cut-scenes très propres qui permette une véritable immersion dans l'aventure. On est un peu dessous de la série Gears tout de même. 
Les différents niveaux offrent un environnement finement détaillé. On apprécie particulièrement les effets météos, en particulier sous la pluie. 
Quelques éléments de l'environnement sont destructibles mais ce n'est pas poussé très loin.
Jeu tactique oblige, on a la classique vu du dessus avec une caméra qui offre une vue 360. Dommage cependant que l'on ne puisse pas la placer au plus proche des Gears presque en mode TPS d'autant plus que le titre n'a pas à rougir de son moteur.

Aussi mal engagé que cela puisse paraître, on peut se sortir de ce genre de situation

Jouabilité

On est sur du tout par tout mais qui s'affranchit du classique damier au sol. On a le droit à un certain nombre de points d'action (PA). On en a 3 de bases sans modificateur. Et c'est franchement agréable lorsque l'on déplace son Gear sur le champ de bataille sans avoir à compter le nombre de case qui feront aller un peu plus loin. En cela, Gears Tactics se démarque pour offrir une expérience fluide.
Pour le reste, les PA servent à tirer, recharger et déclencher des actions spéciales.

Il y a de la lecture
En effet, au fil des missions, vos Gears vont level-up. Ce qui permettra ainsi de débloquer des capacités (2 par niveau). L'arbre de compétences de chaque classe est très fourni et chacun dispose de capacités distinctes qui fonctionnent en harmonie avec chaque classe de soldat. En gros, on a cinq classes: médecin, soldat de base, sniper, unité lourde et reconnaissance. Une escouade variée arrivera à faire face plus facilement à tous les types de situations.

Le meilleur du meilleur du meilleur du meilleur pour nos Gears
Chaque mission permet de débloquer du matos pour améliorer ces Gears. C'est l'occasion d'augmenter la précision, la vie de l'unité, l'esquive, les dégâts, la taille du chargeur ou encore d'avoir une capacité supplémentaires. On part un peu dans tous les sens mais en choisissant de renforcer des specs particulière, on monte très facilement en puissance.

On peut recruter des Gears le long de l'aventure
Chaque Gears qui meurt au combat est mort définitivement. A part pour les personnages principaux, il s'agit d'une défaite pur et simple de la partie. 
La perma-death est à éviter d'autant plus qu'on prend soin de ses Gears en les occupant. Par mission, on déploie 4 Gears sur le champs de bataille mais à la base, on peut avoir une bonne douzaine de soldats en réserve. D'ailleurs, la macro-gestion ne va pas au delà. La base sert uniquement à gérer son contingent en recrutant ou améliorant ses Gears. 

Plus l'angle de tir est compliqué, moins on a de chance de réussite
Sur le champ de bataille, on a un système classique de couverture et tir associé à de la portée en fonction des armes. L'I.A. reste parfois un peu trop faiblarde. En effet, il suffit de tenir la position en plaçant ses unités en mode surveillance (soit qui dégomme tout ce qui entre dans son champ de vision).
C'est plus le surnombre qui viendra poser problème... Un peu comme dans le TPS finalement.

Un Gears n'en serait pas un sans une bonne attaque au Lanzor

Bande-son

J'ai été agréablement surpris par le travail du compositeur Edward Patrick White qui signe ici une B.O de qualité. Elle colle particulièrement au côté opération tactique et apporte du punch dans les phases d'action. 
Niveau doublage, on a une version doublée en français bien foutue avec une synchronisation bien foutue.
 
Il y a un peu de monde là

Durée de vie

Avec 15 chapitres répartis sur 4 actes, j'ai clôturé la campagne solo en une bonne cinquantaine d'heures. Sur le papier, on peut se dire waouh! Sauf que dans les faits, les chapitres de la campagne sont espacées de missions secondaires comme la libération de prisonniers (et de futures recrues donc), de récupération de matériel pour améliorer son armement ou encore éliminer purement et simplement l’ennemi.
Les missions sont assez variées au début entre domination de position ou course à la montre avec la carte qui se rétrécie à coup de bombardement locuste au fur et à mesure.
On finit très vite par faire le tour des différents modes à force de répétition. Pire, les même cartes tournent encore et encore. Cela vient casser un peut le rythme de la campagne pourtant intéressante.
Les missions secondaires sont finalement bien plus nombreuses que les missions de campagne et viennent simplement gonfler artificiellement la durée de vie du jeu.
En fin de jeu, il est proposé de continuer ses missions secondaires pour augmenter l'expérience de ses Gears et améliorer le matériel. Autant vous dire qu'après avoir ingurgiter autant de cartes similaires, on est finalement content que ça se termine enfin.

Mais pourquoi on ne peut pas passer les missions secondaires? Pourquoi il y en a-t-il autant?

Bref
Gears Tactics offre une aventure solo intéressante en se concentrant uniquement sur l'aspect tactique du champ de bataille. L'expérience du tour par tour est ici simplifiée au maximum pour une prise en main facile et agréable. Le jeu est globalement bon mais les missions secondaires à outrance viennent gâcher l'expérience. La seule vraie fausse note du titre.


16/20
Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!