Test Iron Harvest, le STR à l'univers unique


C'est parti pour faire péter quelques grenades soldat!

Kickstarté en 2018, Iron Harvest a été développé par un studio indépendant allemand King Art Games qui n'en n'est pas à son premier coup d'essai. 

Les personnages sont bien écrits

Scénario

Iron Harvest prend place dans un univers uchronique où la révolution industrielle a fait naître des géants de fer mécanisés changeant ainsi le paysage européen. 

La campagne nous fait voyager à travers quelques 21 missions via les trois factions présentes: la république Polonia, le peuple Rusviet et l'Empire Saxon.  On sera amené à vivre les événements politiques de ce monde fictif à travers les yeux de trois héros. Il n'y a pas de parti pris dans le sens où tel ou tel nation n'est pas considérée comme "méchante". Adieu la vision dichotomique et bienvenue dans un univers complexe et fourni. Iron Harvest a son univers et son histoire bien à lui. C'est vrai plaisir de découvrir le lore à travers la campagne. On a le droit à quelques retournements de situations mais on restera un peu frustré d'une fin assez abrupte sans épilogue alors que tout a été si bien construit. 

La caméra permet de se placer librement au plus prés des unités

Graphismes

On est pas sur une production triple A du jeu de stratégie comme on pourrait avoir sur Total War ou encore un Age of Empires en son temps mais Iron Harvest n'a pas à rougir de son moteur graphique solide. Si les modèles de soldat manque de variétés au sein d'une même section, on apprécie les unités atypiques très steampunk. 

Ceci n'est pas un AT-AT, je repète ceci n'est pas un AT-AT
Le plus cool reste les mastodontes mécaniques qui traversent lentement le champ de batailles, imposant autant par leurs canons que leurs blindages. Les environnements de Iron Harvest sont intégralement destructibles, c'est donc un sacré spectacle de voir les bâtiments s'écroulaient brique par brique lorsqu'un géant de fer la traverse. C'est d'ailleurs le seul moment où le jeu se montre particulièrement gourmand en ressources. Ajoutez à cela des des explosions impressionnantes, on peut dire que Iron Harvest a techniquement tout d'un grand...
Sauf les cinématiques qui ne sont pas émulées en temps réelles. Du coup, on a des vidéos full-HD qui font un peu tâches sur un écran 4K.


La carte tactique provient tout droit de Company of Heroes

Jouabilité

Librement inspiré du célèbre Company of Heroes,  Iron Harvest emprunt beaucoup de mécaniques dans la jouabilité mais aussi dans l'interface. 
L'aspect gestion de ressources est donc simplifié au maximum entre fer et essence. On capture des positions pour en avoir plus voir même les sécuriser pour augmenter leur rendement. 
Pour la gestion des unités militaires, on a un système de couverture via l'environnement pour les soldats. Concernant les unités mécaniques, les blindages plus ou moins léger ont des failles forcément. A noter que quelques soient le méca, une unité d'infanterie lui infligera toujours des dégâts. On ne peut donc pas pondre un simple blindé est foncer dans le tas. 
En cela Iron Harvest souffre de quelques lourdeurs sur sa mécanique de gameplay. Le repli des unités se fait à la vitesse de déplacement  de l'unité même. Ainsi les mécas lourds qui se déplacent à vitesse de tortue ne seront pas vraiment là où vous en aurez besoin forcément. Ce qui force les joueurs à anticiper leurs mouvements d'attaque théoriquement. Dans les faits, ça campe sur les positions. Le joueur attaquant a de grandes choses de perdre. Comme tous les jeux de STR des équilibrages sont à prévoir de toute façon.

Des petits airs de spacemarine

Mutlijoueur
Au moment où j'écris ces lignes, il n'y a que 8 cartes multi disponibles. Ce qui est assez peu... Cependant le jeu a une road map qui semble solide et le contenu s'étoffera avec le temps. Mais le plus gros soucis reste l'impossibilité de créer un room pour jouer avec un ami en partie classé, l'absence de parties listées, ce qui ne facilite pas le choix des cartes et du type de jeu souhaité. C'est là, le plus gros du travail qui attend King Arts. 
Les développeurs proposent aux joueurs avant de se lancer de choisir des héros qui sont déployables en deux vagues accompagnés d'unités ou non. En effet, pour choisir les avantages, on dispose d'un nombre de 6 pièces. Certains héros couteront 1 pièce d'autres deux ainsi que les unités régulières. C'est original sur le papier mais c'est surtout très couteux en terme de ressources in-game. Du coup, on a pas vraiment l'occasion de s'en servir et c'est bien dommage.

La subtilité est parfois mise au placard
Bande-son

La musique symphonique est un vrai délice pour les oreilles. Music Imaginary nous a pondu des chefs d'œuvres avec des thèmes accrochant et propres aux trois factions. Agréable à écouter, la bande-son apporte la patte émotionnelle qui rend l'histoire touchante et les affrontements épiques.

A noter qu'il est laissé le choix aux joueurs d'avoir un doublage en anglais ou en langue de chaque faction. Ce qui est un vrai plus en terme d'immersion. 


Les missions sont parfois très surprenantes

Durée de vie

Comptez environ 25 heures pour terminer la campagne qui est assez retord en terme de difficulté. On appréciera les mécaniques variées mise en place pour faire de chaque mission une aventure à part. S'ajoute à cela un mode défi dans lequel il faut essentiellement tenir la position face à des vagues ennemis. Et c'est un vrai challenge pour en venir à bout!
Ajoutez à cela le mode multijoueur qui vous propose de gravir les échelons via son mode classé.

Le spam d'unité mécanique légère fonctionne bien

Bref

Iron Harvest a quelques défauts de jeunesses mais on ne peut qu'apprécier cet univers original tiré de différentes inspirations mais qui apporte tout de même un vent de fraîcheur. En effet les jeux de stratégie en temps réel se font de plus en plus rare avec du Total War qui est décliné à toutes les sauces. Les amateurs du genre peuvent foncer d'autant plus que la roadmap promet du chouette contenu. 



16/20

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!