Test Star Wars: Squadrons

Préparez vous à en avoir plein la vue...

Star Wars: Squadrons annoncé en grande pompe à la conférence EA en juin dernier est sorti assez discrètement même si c'est le seul "gros" titre d'EA pour ce semestre. Développé par  Motive Studios qui travaillé en partie sur la campagne solo de Star Wars: Battlefront II, le jeu orienté autour des batailles spatiales est attendue comme le digne remplaçant de l'inoubliable Star Wars: Rogue Leader. 

... ou pas!
Scénario
Juste après la deuxième bataille d'Endor, la nouvelle République et les restes de l'Empire n'ont pas fini de s'affronter! On incarne au cour de la campagne un pilote du Vanguard Squadron et un autre du Titan Squadrons correspondant aux deux camps respectifs.
On est donc placé entre l'épisode VI et VII dans l'univers Star Wars. En prétexte de bataille, on a d'un côté un pilote repenti de l'ancien de l'Empire, Lindon Javes qui a tout appris à sa protégée Terisa Kerrill qui est restée du côté obscur... La rivalité entre les deux personnages sera le fil rouge de la campagne. Tout du long, on sera amené à faire connaissance de son équipe et à rencontrer des personnages iconique de l'univers Star Wars qu'il soit issus des films ou de l'univers dérivé. Des easters eggs assez pointus destinés avant tout aux fans les plus assidus. 
Malheureusement, le tout reste très convenu. On ne sent pas monté les enjeux du style la galaxie est entre vos mains. En fait, on a l'impression vraiment d'être un pilote quelconque qui se bat à divers endroits. Le sens de la mise en scène épique est clairement mis de côté ici. Et c'est bien dommage! 

La modélisation des personnages est correcte

Graphismes
On sent que le jeu a été pensé pour la VR avant tout. Ainsi les briefings intermissions sont incroyablement statiques... En effet, on se déplace d'un point A à B en se "téléportant" comme dans un jeu VR). 
La modélisation des protagonistes est correcte sans pour autant être exceptionnelle. On remarque pendant les briefings, l'arrière plan qui n'est autre qu'un artwork pixelisé sans animations... ça fait tâche et ça rappelle les très vieux jeux. 
Concernant batailles spatiales, qui restent le cœur du sujet, on sent le manque d'ambition et de moyen. Il manque toutes les animations en arrière plan qui rende épique le combat qui nous en mettent plein la vue à ne plus savoir où donner de la tête. On peut dire qu'à défaut, le jeu est particulièrement peu gourmand et arrive à tourner sans broncher de la plus petite à la plus grosses des bécanes.
Si les vus cockpits sont détaillées et très immersives, on regrette la possibilité de ne pas pouvoir passer en vu à la troisième personne. Disons qu'on reconnaît bien là le jeu prévu pour la VR only à la base et la volonté de cacher un peu la misère...
On apprécie tout de même la volonté du studio pour proposer des champs de batailles variées mais ça manque tout de même de fantaisie et d'imagination. L'univers Star Wars est pourtant très fourni!
On se cantonne aux combats dans l'espace ici alors qu'on aurait pu avoir des batailles en basse altitude par exemple.

Très vite, on voit les limites techniques du titre..
Jouabilité
Bien que je sois un féru du PC avec le combo souris/clavier, la manette est clairement de rigueur ici. LA prise en main est rapide et intuitive. La campagne nous apprend à maîtriser au fur et à mesure les différents aspects techniques. 
On gère les différentes jauges de son vaisseau: armes, moteur et bouclier (quand il y en a à bord du vaisseau). On est amené à switcher régulièrement pour booster l'une des caractéristiques en fonction des besoins du moment. Cela donne l'impression de gérer quelque chose de pointu tout en restant simple.
On gère aussi la puissance des réacteurs du vaisseau. Pour les virages serrés ou esquiver un missile, on ralentit et braque à fond. On est dans l'espace donc on peut faire du surplace. On sera une cible facile mais on peut aussi s'en servir pour se planquer et tendre une embuscade!
On a le choix aussi entre deux équipements de vaisseau comme un droïde réparateur, des missiles à photons ou encore des leurres. La personnalisation du vaisseau est assez pointue pour correspondre à votre type de jeu. C'est aussi un choix tactique crucial qui fera la différence en plus de votre talent de pilotage. 

Vaut mieux prendre le temps de se préparer avant la bataille

Multijoueur
Limité à 5vs5, on en fait malheureusement vite le tour. La coopération entre joueurs est essentiel puisqu'en se couvrant les uns les autres on arrive à enchaîner les kills. Malheureusement, c'est un peu brouillon dans la réalisation même si on dispose d'une voip intégrée.
Clairement, ce type de jeu demande une certaine maîtrise mais c'est surtout l'union qui fait vraiment la force. On sent très rapidement lorsqu'on fait face à une équipe. Les cartes sont au nombre d'une dizaine et ce sont celles que l'on voit en campagne pour sa familiariser. On souffre donc du même soucis d'immersion...
Le online permet surtout de récupérer des crédits spécifiques pour débloquer des avantages et des personnalisations de vaisseaux. Un mécanisme classique mais qui dégoutera au début puisque l'on tombe sur des joueurs adverses avec des builds qui font très mal. Peut être que sur ce coup, EA aurait mieux fait de se cantonner aux cosmétiques et laisser la personnalisation tactique de tous les vaisseaux en accès à tous les joueurs quelque soit leur niveau. 

Bienvenue en 2003 avec des artworks fixe en fond

Bande-son
Si le doublage fait appelle aux bonnes vieilles voix française du cinéma, la bande-son elle est clairement oubliable. Il y a quelques titres à sauver comme le thème principale. On est pourtant sur une composition d'orchestre mais c'est assez redondant et finalement très effacé. La faute d'une part à un placement de la musique trop en retrait et pas forcément au bon moment mais surtout à cause du manque de moyen technique. Une musique épique sur un champ de bataille rachitique, ça fait pschit! 

Dommage que les bataille ne soient pas à l'échelle de tous ces vaisseaux présents

Durée de vie
Comptez une dizaine d'heures pour arriver au bout de la campagne. Le mutlijoueur rallonge la durée de l'expérience si vous êtes convaincu par le titre...

Un des rares moment intéressants de la campagne

Bref
Star Wars: Squadrons est clairement une déception. On sent le manque de moyens et l'envie. On se demande ce qui se passe chez EA pour ne pas exploiter plus cette licence comme il se doit. Un mini-jeu en somme dans lequel il ne vaut pas investir plus d'une dizaine d'euros.


7/20

Partager sur Google Plus
    Commenter via Google
    Commenter via Facebook

0 commentaires:

Publier un commentaire

Une envie de réagir? Fais toi plaisir!