18/04/2014

Test The Elder Scrolls online, cherche Dragon perdu, bonne récompense

0 commentaires
La lune version TESO
Après le succès de l'incontournable The Elder Scrolls: Skyrim, on repart vers Tamriel mille ans avant Skyrim pour sauver le monde avec The Elder Scrolls Online le MMO.

Je prendrais bien le bateau pour retourner dans le monde de Skyrim
Scénario
Apres une courte cinématique vous vous retrouvez dans un cachot, sans votre arme avec un vieux prophète à aller sauver. Une fois délivré ce brave homme vous expliquera que c'est à vous de sauver le monde et il vous guidera à travers une suite de quêtes afin de sauver Tamriel du prince daedrique Molag Bal. Vous découvrirez un monde en guerre entre trois faction pour la succession de l'empire.
Ce début est commun à toutes les races que vous pourrez incarner et ce n'est qu'une fois arrivé en Tamriel que vous pourrez rejoindre 
les différents mondes de départ.
Vous avez le choix entre trois factions de départ: 
-le domaine Aldmeri si vous prenez  les hauts elfes, les elfes des bois ou les khajiits.
-le Pacte de Coeurébène si vous choisissez les elfes noirs, les argoniens ou les nordiques.
-l'alliance de Daguefilante si vous coisissez les brétons, les orques ou les rougegardes.
L'histoire se compose d'une quête principale qui est celle du prophète ainsi qu'une autre quête tout aussi importante où vous aiderez le camp que vous aurez choisi en fonction de votre race.

Un des rares endroits agréables à voir
Graphismes
Fans de skyrim? Oubliez les cimes enneigées, les dragons, les paysages à couper le souffle et les perspectives de vues imprenables et découvrez des collines vertes et agréables où il fait bon vivre et des plages idylliques.
La plupart des mondes ont un environnement très linéaires et se ressemblent beaucoup... Ce qui lasse vite dans l'exploration. Les textures des objets sont elles aussi très lisses.
On retrouvera assez peu d'altitude finalement et les quelques grottes facilement accessibles ne feront rien pour laisser un peu de mystère.
L'univers en lui-même est beaucoup plus colorés que Skyrim avec des tons plus vifs mais une palette de couleurs assez pauvre en définitive.

Tout ne peut être parfait mais ça fait vraiment tâche...
Les décors sont très redondant ce qui gâche beaucoup le jeu. On avait l'habitude avec Skyrim de pouvoir voler un grand nombre d'objet mais ici il y en a très peu de différence et on ne peut interagir qu'avec un nombre très limité d'entre eux. De même le nombres de monstres différents est assez maigres et on retrouve pas plus de 5 ou 6 types de monstres par mondes.
Pour ce qui est de la qualité des graphismes en eux même vous pourrez le constater sur les screenshots en full HD, on est loin de Skyrim qui est pourtant sorti en 2011.On aurait quand même pu s'attendre à mieux même pour un MMO.
Cela explique surement la taille relativement réduite de l'installation (22 Go) alors qu'un jeu récent peut faire jusqu'à plus de 50 Go (Titanfall, Call of Duty Ghost).
Si le faciès des PNJ est réussi, on voit clairement une pixellisation permanente dans les décors
Les animations sont assez moches elles aussi. Par exemple quand vous ramassez un objet votre personnage fait un geste étrangeet sa main passe souvent à travers l'objet que vous ramassez. Les sorts sont aussi assez pauvres visuelement à lancer et ils sont en nombre limités donc assez peu d'animations de ce coté.
Les personnages sont quand même relativement bien détaillés et globalement c'est acceptable même quand on les voit de près quand on leur parle.
Enfin pour terminer sur ce point je tiens à préciser que la cinématique du début est juste immonde et est digne de figurer dans un jeu des années 90. La première fois que je l'ai vue j'ai cru que j'étais en résolution minimum... et non!!

Tiens, je te balance un boule qui te rendre moche!
Jouabilité
The Elder Scrolls Online a le mérite d'être le seul MMO en vue première personne (à ma connaissance). L'interface est assez minimaliste, chose rare pour le genre.
La barre d'action n'est là en fait que pour vous rappeler les touches auxquelles vous avez affecté vos pouvoirs. En effet les attaques ne se déclenchent qu'en appuyant sur des touches et non en cliquant sur la barre d'action.
Vous avez aussi une barre vous indiquant les point cardinaux et les directions de vos quêtes. Même si certains apprécieront ce coté minimaliste on peut regretter le manque d'une minicarte ce qui vous oblige à regarder celle-ci régulièrement via le menu. Les personnages sont personnalisables à souhait et le nombre de factions avec ses différents aspects est correct. Cotés armes le choix est là aussi limité aux arcs, épées et haches, bouclier et bâtons de sorcier (ce qui est pas si mal mais simme toute assez classique).

Une mini-carte dans un MMO? Pourquoi faire?
Le stuff au court du jeu est très rares et les boss ne droppent quasiment rien (parfois à peines une ou deux pièces pour la peine). Les armures sont assez simples et on ne trouve pas forcément de set d'armures particulier.
Certaines armes possèdent des sorts intégrés qu'il faut rapidement recharger avec des pierres d’âmes mais la rareté de celles-ci et leur utilisation pour ressusciter sur place vous feront vite oublier ces enchantements inutiles.
Pour ce qui est de l'artisanat vous aurez le choix entre de nombreuses possibilités mais seuls le métier de cuisinier est faisable car c'est le seul pour lequel on trouve des matériaux facilement.
Pour les autres il faut savoir que les ingrédients sont carrément camouflés dans le décor et ne sont indiqués nul part. De plus si quelqu'un les trouve avant vous ils disparaissent pour un certains temps ce qui complique les choses.
Pour les coffres c'est la même chose, ils sont facilement accessibles pour tout le monde et disparaissent dès que quelqu'un les ouvre.
On notera le nombre impressionnant de bug à la sortie du jeu qui vous obligerons à quitter souvent le jeu et le relancer ainsi que le lag très gênant aux heures de pointes(les monstres vous tue et vos attaques n'ont aucun effet sur eux).
Je n'arrive pas à trouver le bonheur dans cette boutique
D'autres quêtes secondaires vous feront aider tout un tas de gens dans le besoin, purifier des lieu maudits ou ramasser des objets et c'est malheureusement tout ce que vous ferez.
Les différentes guildes que vous pourrez rejoindre et qui donnaient des quêtes épiques dans le précédent volet vous obligent très vite à faire des donjons pour pouvoir progresser.
On peut aussi regretter que le coté exploration avec des quêtes ou des trésors dans chaque grottes cachées dans les montagnes soit passé à la trappe avec ce nouvel opus.
Les personnages sont plutôt sympathiques et même drôles parfois ce qui rend les quêtes un peu plus agréables.

Gentil minou, gentiiiiil!
Durée de vie
Le jeu est relativement dur et jouer en solo risque de vous prendre un peu de temps surtout si vous jouez un magicien empoté comme le mien.
Le nombre de quête est assez limité et ne donnent très vite pas assez d'xp pour pouvoir continuer d'avancer dans la quêtes principales.
Cela vous oblige à faire du level up ou des donjons se qui rend le jeu difficile à finir en solo contrairement à ce qu'on a pu voir dans d'autres MMO comme par exemple Star Wars The Old Republic.

Le bûcheron du bug est passé par là!
Bande-son
La musique d'ambiance n'a rien de transcendante mais reste relativement correcte. On appréciera le doublage de tout les dialogues en français ce qui est loin d'être la norme. On notera aussi que la voix du prophète est celle la voix francaise de Dumbledore dans Harry Potter!

Bref
Un jeu bâclé et une licence qui aurait mérité un meilleur traitement après le génalissime Skyrim. 
Des graphismes en dessous des attentes et qui manquent de finition allié à un scénario faiblard font regretter les 12€ d'abonnement par mois.
Ce n'est pas comme si des moddeurs avaient poussé le moteur de Skyrim à fond avec des résultats magnifiques...
Pour ceux qui voudraient quand même y jouer je vous conseille d'attendre que The Elder Scrolls Online passe en free to play ce qui devrait arriver d'ici quelque mois vu la qualité du jeu et le modéle économique dépassé de l'abonnement au mois. 


11/20

                                            

17/04/2014

Critique The Amazing Spider-Man : le destin d'un Héros

1 commentaires
J'ai eu la chance de pouvoir assister vendredi dernier à l'avant-première  au Grand-Rex de The Amazing Spider-Man: le destin d'un Héros sort alors le 30 Avril.
Toute l'équipe était présente! On commence par Avi Arad. Vous connaissez le point commun entre les Spider-Man de Sam Raimi, les nouveaux, Iron Man et les 4 Fantastiques? Et bien c'est ce mec là! Il est producteur à chaque fois! Et cela parce qu'il est un sacré fan de comics!
Ensuite il y a Matthew Tolmach, autre producteur mais pour qui fait pour la premiére fois dans le super-héros. Il a travaillé notamment sur Jumanji.
On termine sur la photo par Marc Webb le réalisateur de The Amazing 1,2 et 3 (prévu pour 2016).

Niveau acteur, il y avait une sacrée belle brochette! L'excellent Dane DeHaan, l'impérial Jamie Foxx, la délicieuse Emma Stone et l'homme araignée Andrew Garfield.
Je vous passe les clichés "j'adore la France" tout ça, tout ça...

Synopsis
Peter Parker alias Spider-Man sauve des vies quotidiennement. Il concilie plutôt bien ses deux emplois du temps mais il est hanté par les visions du père de Gwen à qui il avait promis de ne plus approcher sa fille par sécurité. Peter tente également de savoir pourquoi sont morts ces parents à partir des maigres indices qu'il a en main...
Pendant ce temps là, Max, ingénieur en électricité qui passe inaperçu aux yeux de tous, subit un incident dans les laboratoires d'Oscorp... 


Critique
The Amazing Spider-Man 2 (TASM 2) se place dans la continuité direct de TASM 1. On retrouve d'ailleurs les mêmes scènes représentant les souvenirs d'enfance de Peter.
Autant le dire tout de suite, le film est beaucoup trop long et comporte trop de scènes à l'eau de rose. Le coup du "Je t'aime mais je suis un héro et y a du danger" est trop étalé et donne des airs de Twilight... 
En revanche, la naissance des nouveaux super vilains est bien mis en place. On a donc un paquet d'histoires qui se montent en même temps... et sur la forme, c'est une très bonne idée. Sur le fond, il y a vraiment un réel problème de rythme. Les dialogues sont tellement présents que les scènes d'action qui ont lieues avant le final sont beaucoup trop courtes.

Niveau réalisation, on a le droit à quelque passage à la premiére personne. Voler dans la ville de New-York en 3D, suspendu de toile en toile... et bien ça envoie du lourd! 
Les combats avec Electro sont combinés à la B.O en dubstep. Le résultat est vraiment cool et j'aurais aimé que cela dure plus longtemps.
La métamorphose de Dane DeHaan en Bouffon Vert est impressionnante. Il a vraiment la tête de l'emploi! On assiste surtout à sa naissance. Par contre, on a vraiment du mal à voir que Harry et Peter étaient les meilleurs amis. La scène de leur retrouvailles est surjouée...
On a le droit à un grand final époustouflant visuellement et qui laisse également sur le cul et finalement qui change des standards des films de super-héros.

Ce Amazing Spider-Man m'a laissé sur ma faim. On sent clairement que c'est un film alternatif qui prépare le troisième épisode. Isolé, il est correct mais sans plus. Le véritable problème de rythme gâche le plaisir et on sent bien les 2h21 du film. Il faudrait en fait voir le troisième TASM pour vraiment juger si le 2 était bon ou non.


14/20
                                  

15/04/2014

Déballage coffret Harry Potter intégrale édition ultime

0 commentaires
Cela fait un moment que je lorgnais cette édition ultime de Harry Potter que j'avais déjà aperçue à la Warner Day. Mais à 300€, c'était même pas la peine d'y penser!
Les soldes de janvier dernier ont permis de voir le prix du coffret descendre à 150€ sur Fnac.com. Les stocks sont partis en moins de quelques heures (Pas assez de temps pour vous faire partager le bon plan).
J'avais déjà l'édition avec le château de Poudlard mais en version DVD. L'occasion était donc idéale pour passer à la HD! Qu'est-ce qu'il ne faut pas aller chercher comme excuse?! {#}

Cette édition qui pèse son poids, est présentée sous forme d'un magnifique coffret avec un revêtement en similicuir (ou une matière qui s'y rapproche).
Les logos et autres dorures sont imprimées tout le long du coffret. C'est visuellement réussi... et franchement ça envoie du lourd dés le premier coup d'oeil!

Le tout est tenue par des ouvertures aimantées. Croyez moi, ce coffret est plein de surprises!

Il regorge d'endroits cachés contenant des goodies et honnêtement, j'ai dû aller me renseigner pour tous les trouver. les premier endroits sont assez évident: des tiroirs dissimulés.

Un peu plus vicelard: l'ouverture aimantée dissimulée sous l'ouverture principale. On croit vraiment qu'il s'agit tout simplement de l'épaisseur du coffret.

Le coup le plus vicieux reste d'avoir planquer des Blu-Ray bonus dans le fin fond du coffret, dans son recoin le plus sombre. Mais c'est plutôt sympa comme chasse aux trésors...
Non, le décalage entre l'achat et le déballage ne provient du temps que j'ai mis pour trouver tous les secrets de cette édition ultime. {#}

La chasse au trésor est fructueuse!

On commence avec l'horcruxe qui semble tout droit provenir de chez Noblecollection.fr.  Le matos est donc de trés bonne qualité. On dirait vraiment que l'on a une replica digne de ce nom.

Même si dedans... c'est un peu vide! Dommage de ne pas avoir le mot anonyme (ou presque pour ceux qui ont vu tous les films) que Harry découvre.

La carte du maraudeur ne réagit pas en temps réel pour connaître l'emplacement des professeurs de Poudelard (et nul part ailleurs!)... Quoiqu'en faisant marcher un peu votre imagination vous pourrez y arriver!
On a quelques photos à droit et à gauche des lieux les plus importants du film.

Et si la carte du Maraudeur ne vous suffit pas, parce que Poudlard ne vous suffit pas ou pour un tas d'autre raisons, une autre carte de l'école des magiciens et de ces environs est également comprise dans l'édition.

Le Ministère de la magie a cru bon de répertorier l'ensemble des objets magiques dévoilés aux moldus lors de la diffusion des films du magicien.

Le catalogue est non exhaustif mais les trompe l'oeil sont réussis.

Ce livret est revanche tout à fait surprenant...

Il répertorie l'ensemble des faux stickers des fausses marques qui ont été utilisées dans le film... C'est pour le moins dispensable.

En revanche, j'ai adoré les croquis qui dévoile les airs de l'école de Poudlard et autre lieux de la saga.

Vous connaissez mon amour des artworks! Et bien pour Harry Potter, celles qui ont été réalisées sont vraiment magnifiques!
Je suis même surpris d'être passer à côté!

Le tout est imprimé sur du papier de haute qualité. Un vrai régale pour les yeux!

Passons maintenant au plus important: les films! Chacun sont disposés dans une livret en cartons contenant un sacret paquet de galette!


Tous les formats y passent: Blu-Ray, Blu-Ray 3D, DVD et même en dématérialisé!
Pour l'année 1 et 2, les versions longues sont également disponibles.

Chaque année dispose d'un disque bonus dédié: scènes coupées, interviews, bêtisiers, etc...

Le certificat authenticité avec un saut à la cire date de 2012. L'édition "ultra collector de ouf limité de dingue" est tiré à 63 000 exemplaires. Marché français ou mondiale, mystère!
En tout cas, après les soldes, le coffret n'est plus disponible que via les marketplace.
Comme quoi à 150€, ça valait le coup! A 19€le film avec tous les goodies, ça fait plaisir!

Un petit flyer pour les studios de Londres est également présent. Cela donne une idée d'escapade le temps d'un week-end en Angleterre. {#}
                                     

11/04/2014

Critique Need for Speed, le film

0 commentaires
Synospis
Tobey Marschall est un pilote hors normes mais son garage ne tourne pas assez bien et les factures s'entassent. Il est contraint d'accepter un partenariat avec son rival de toujours Dino Brewster, pilote des beaux quartiers. Le partenariat tourne mal pour Tobey qui finit en prison.
A sa sortie, il n'a qu'une idée en tête: participer à la prestigieuse course illégale, la De Leon. Elle lui permettra de battre Dino devant le monde entier et de prouver son innocence.

 
Critique
Cinéma et jeux vidéo font rarement bon ménage surtout lorsqu'il s'agit d'une adaptation que ce soit d'un film en jeux vidéo ou l'inverse.
Need for Speed passe donc la seconde pour se retrouver sur le grand écran et honnêtement, j'ai été agréablement surpris! Oubliez les bandes-annonces qui ont des airs de série Z et de téléfilm.
Pour une fois NFS a un scénario qui tient la route! La mise en situation est très développée de manière crédible. Les personnages agissent de manière cohérentes, la tension monte au fur et à mesure avec quelques petites pointes d'humour.

Aaron Paul fait son travail mais j'ai trouvé qu'il manquait de présence à l'écran. En revanche, le casting qui l'entoure est vraiment à la hauteur et apporte un vrai plus dans l'ambiance du film.
Imogen Poots (28 jours plus tard) joue les femmes d'affaires sexy, Dominic Cooper (alias Howard Stark, pére de Tony Stark) joue à merveille le rôle du fils à papa à baffer...
Scott Mescudi alias Kid Cuddi (auteur de la musique Pursuit of happiness) incarne un personnage marrant qui apporte la dose d'humour nécessaire.
Michael Keaton incarne l'organisateur complètement barré de la course de la De Leon qui commente via streaming la course. Son personnage décide qui participe où non, il faut donc se démarquer des autres pour avoir son invitation.

Côté bagnole, on a en a pour son argent! Des caisses plus chères les une que les autres font leur apparition à l'écran. Contrairement à Fast and Furious, les courses restent crédibles d'autant plus qu'elles sont faites à l'ancienne sans effets spéciaux numériques. Cela n'empêche pas d'avoir de belles scènes, caméra sur la voiture qui nous immerge dans les courses.
Le résultat est authentique et les courses poursuites sont typiquement dans l'état d'esprit de Need for Speed. Pour les amateurs du jeux, on retrouve l'esprit de NFS: Hot Pursuit pour les courses poursuites avec les flics et NFS: Rivals pour la compétition entre les deux personnages principaux.
On retrouve même des scènes qui font penser aux décors des NFS. 

Ne vous attendez pas à 2h de bête courses non-stop. Il y en a mais elles sont intelligemment amenées via un scénario qui tient la route. Il y a quelques incohérences mais que l'on pardonne facilement. J'ai été agréablement surpris par ce Need For Speed qui se révèle être un bon divertissement.... En espérant une suite!


16/20

                                   

09/04/2014

Déballage Diablo 3: Reaper of Souls édition collector

0 commentaires
Apres avoir fait son effet avec une cinématique qui aura marqué les mémoires, Diablo III : Reaper of Souls est enfin sortie. L'édition collector est présentée dans le même packaging que celle de Diablo 3.
C'est pour ainsi dire son opposé!

Le fourreau une fois ouvert donne un aperçu de l'ange la mort... Brrr, ça fait froid dans le dos!

Je suis peut être un peu vieux jeu mais j'apprécie toujours une bande-son sur un bon vieux CD histoire de l'écouter sans aucune compression.

On voit Malthael, prêt à faucher à tout va! C'est la premiére fois que je vois le packaging d'une B.O aussi travaillée et c'est une véritable réussite! Elle contient 22 pistes réalisées assez prenant après une première écoute.

 La tapis de souris est classique, semi-rigide avec un revêtement en plastique. Je m'attendais une version à la Steelseries: pliable avec un revêtement en tissu.

Le jeu est présenté dans un boîtier simple et non un steelbook, c'est dommage. 
Le boîtier "L'envers du Décor" contient l'intégralité des cinématiques Diablo 3 et de Reaper of Souls ainsi qu'un making of. Celui-ci est plutôt surprenant puisque l'on a le droit à des reportages sur des cosplays en plus du contenu classique: conception de la musique, des levels, reportage en tout genre, etc... 
Bonne nouvelle: on a une version DVD et Blu-Ray!

Le artbook possède une magnifique couverture en relief avec des reflets couleur argenté. Il est vraiment magnifique!

 L'intitulé "Nul ne peut échapper à la mort" est peut être un peu perturbant.... {#}

On a le droit à 150 pages de concept arts de scènes magnifiques ou de storyboard de personnages en tout genre. Les régions et level sont présentés et commentés en français. Attention au spoil!
Petit plus original: l'application AR Viewer propose une expérience en réalité augmentée pour voir les monstres prendre vie sur votre mobile.

Bref
L'édition collector Diablo III : Reaper of Souls est vraiment sympa. Sans pour autant sortir du lot, elle propose du contenu intéressant pour les fanboy de Blizzard.
Le prix de départ (85€) était vraiment trop élevé mais l'éditeur (ou les revendeurs) ont rectifié le tire en abaissant le prix à 65€. Ce qui est un trés bon rapport qualité/prix.