31/07/2015

Test casque Sentinel Earforce Call of Duty Advanced Warfare de Turtle Beach

Turtle Beach a l'habitude de décrocher des partenariats avec les différents éditeurs. Une fois n'est pas coutume, Call of Duty Advanced Warfare a eu le droit à son casque Earforce P12 aux couleurs du jeu dans une version appelé Sentinel.
Le casque circum-aural dispose d'un arceau en plastique rembourré. Le casque est donc léger mais pas tout ce qu'il y a de plus souple. Il a donc tendance à tirer un peu les cheveux au départ, le temps qu'il "s'habitue" à vous.

Le Sentinel mise avant tout sur la polyvalence. Il est donc compatible PlayStation 4, PC et lecteur MP3.
On a le droit donc à une traditionnel prise jack pour écouter de la musique.

La prise jack peut se connecter à un module de gestion de son qui lui même se branche en USB. Un classique pour les modèles de Turtle Beach. Au passage, on rajoute donc trois mètres de câble.
Entrée de gamme de la gamme Turtle Beach, on ne peut gérer "que" le micro, le son et les basses. C'est déjà bien suffisant d'autant plus que les le tout est déjà bien équilibré. Néanmoins le module censé régler les basses est peu sensible. On sent donc à peine la différence.
J'apprécie également de pouvoir régler la puissance sonore indépendamment du son Windows.
Côté qualité sonore, c'est un très bon casque stéréo qui fait largement son travail. Ne vous attendez tout même pas à une qualité d'un 5.1. 

Le micro entièrement amovible et maniable dans tous les sens est à la hauteur. Ce modèle est avec la technologie SVM, cela veut dire que vous entendez votre propre voie. On ne peut pas la désactiver autrement qu'en coupant le micro. C'est assez particulier de s'entendre parler mais au moins ça permet de ne pas gueuler et de maîtriser son volume sonore quand on est un peu trop "absorbé" dans une partie.

Pour finir, si vous voulez changer de skins, vous pouvez ajouter des plaques customisables sur votre casque. Néanmoins, on en trouve pas du tout sur les sites comme Amazon. Il faut passer par le store de Turtle Beach. En France, il est peu fourni mais sur celui des U.S il y a de quoi faire plaisir aux fans de Star Wars, Borderlands ou encore Evolve!

Bref
Le Sentinel fait du bon travail! Il dispose d'un excellent rapport qualité/prix. Surtout pour un casque sous license. Il y a quelques petits défauts mais on lui pardonne largement pour  sa polyvalence!
                                    

29/07/2015

Critique House of Cards saison 3

J'ai décidé de me lancer la critique de série! Faut dire qu'elles occupent une belle partie de mon temps libre mais je n'en parle pas vraiment en soit sur le blog hormis quelques déballages d'éditions collectors.
Je vous garantie le 100% sans spoiler pour la saison critiquée mais en revanche, il est impossible de ne pas parler un minimum des saisons précédentes. Vous voici donc averti! Si vous n'avez pas vu une seule saison de la série House of Cards, passez votre chemin!
Cette dernière m'a été chaudement recommander a de multiples reprises. Le rythme des séries diminuant quelque peu pendant les vacances (Game of Thrones, The Walking Dead, Big Bang Theory), je me suis lancer dedans!

House of Cards, c'est un format de 50 minutes par épisode pour 13 épisodes par saison. La saison 2 nous a laissé à un moment décisif: l'accession au pouvoir suprême de Franck Underwood à la présidence des Etats-Unis via son poste de vice-président. Le bonhomme en aura fait du chemin à coup de manipulation. La saison 3 se concentre donc sur le couple Underwood au pouvoir. 

On retrouve toute la fine équipe qui a composé la saison 2 pour ainsi dire. Doug Stamper le fidèle bras droit de Francis se retrouve sur le carreau suite à son accident grave. Le personnage sera nettement plus creusé que précédemment et possédera donc sa propre histoire.
Côté politique, le personnage de Kevin Spacey se retrouve à devoir faire face à des attaques politiques de toute part à l'instar de son prédécesseur. Il sera donc amené à relever toute sorte de défies de politique interne. Il mène le tout d'une main de fer et pas vraiment dans un gant de velour.
Président des U.S oblige, on voit ce que donne le bonhomme sur la scène internationale notamment sur les relations diplomatiques russes.
Après avoir conquis la présidence, j'avais un peu peur que le principe de House of Cards perde de sa flamme. Il n'en n'est rien dans le sens où l'on reste toujours dans une optique où le personnage centrale est toujours dans la manipulation. Mais cette fois-ci, les rôles sont inversés: il l'a subit. Et c'est pas mal du tout! 
En soit, le personnage de FU est plus raisonnable de part sa position. de président Le côté trash et WTF des saisons précédentes a donc été logiquement mis de côté.

Il reste que la saison passe drôlement vite et l'ouverture ouvre de belle perspective: la campagne d’élection à la présidence au suffrage universel. Autant dire qu'il me tarde de voir la saison 4!
                                

28/07/2015

Test microphone snowball de Blue

Je crois que c'est la première fois que je teste un microphone (autre que ceux intégrés aux casques de de gamer). J'ai donc eu le plaisir de tester pour vous la Snowball de chez Blue!


Niveau accessoire, on va directement à l'essentiel: trépied, cable USB et la snowball. Le tout se branche en plug and play via le cable USB de type USB-B.

Une fois mis en place, la ball tient parfaitement avec la possibilité d'une pivoter sur elle même pour orienter facilement le microphone cardioïde à condensateur.
Alors qu'est-ce que ça veut dire concrètement?  Et bien que le micro capte la source sonore qui est placé devant lui sans s'encombrer de ce qu'il y a autour.
Pour les joueurs, c'est hyper pratique dans le sens où vous pouvez sans problème utiliser vos enceintes et discuter avec vos coéquipier sans qu'ils entendent votre partie.
Adieu les effets larsen qui vous cassent les oreilles.

Au dos du microphone, on a le choix entre trois positions:
  1. Cardioïde simple
  2. Cardioïde avec atténuateur -10dB pour vraiment concentrer sur votre source sonore malgré le son ambiant. C'est sacrément efficace mais attention à bien orienter son micro.
  3. Omnidirectionnel pour dacpter tout simplement tout ce que vous voulez dans tous les sens.
Niveau qualité rien à redire, on a bel et bien un micro d'excellente facture. Il y a néanmoins quelques petits défauts: il y a un voyant rouge en permanence qui n'est pas trés agréable lorsque l'on joue et l'abscence de bouton on/off ou à défaut de bouton mute.

Bref
Sympathique cette Snowball! J'aime bien son côté old school. La qualité micro est là. Idéal pour jouer sans compromis au niveau des enceintes et donc tout simplement de se passer d'un casque gamer!



                                 

27/07/2015

Critique Ted 2, pour une fois la suite est meilleure!

Synopsis
Ted se marie ) avec sa douce et tendre Tami-Lynn! Qui dit mariage dit petits plaisirs quotidiens: engueulades, factures et fatigue. Pour sauver son couple, l'ourson en peluche n'a pas d'autre choix que d’adopter un enfant. Sauf que légalement, Ted n'est pas une personne... C'est même plutôt un objet. Il n'a donc aucun droits! L'ours en peluche va devoir livrer une bataille juridique pour prouver son existence.

Critique
Si Ted premier du nom se concentrait un peu plus sur la vie de Mark Wahlberg John, la suite est nettement plus orienté vers la peluche.
Toute sa vie se retrouve chamboulé lors de la remise en cause de son existence. Soyons honnête, sur le papier le scénario de Ted ne casse pas trois pattes à un canard. Mais ce sont bien les gags qui s'enchaînent à une vitesse folle qui n'en finiront pas de vous surprendre. Le réal et scénariste Seth McFarlane se sont littéralement lâchés, allant du politiquement incorrect jusqu'à parfois flirter avec la limite de la morale (ça blague sur Charlie Hebdo et autres "joyeux" événements très récents). On pourrait crier au scandale mais il n'empêche que tout est bien amené et on se laisse rire de bon coeur.

Made in Universal, Ted intègre des réfèrences aux dernières productions du studio: 50 Nuances de Grey et Jurassic Park (une séquence tout simplement géniale!). On a également droit deux guests de haut rang: Morgan Freeman et Liam Neeson.
Wahlberg prend toujours autant son pied dans son rôle qui lui va bien. Amanda Seyfried remplace Mila Kunis se montre plus délirante que sa prédécesseurs. La scène finale se lâche complètement en parodiant les films de super-héros. Je vous dit pas comment ni où pour vous laisser la surprise.

Bref, Ted 2 fonctionne très bien. C'est le genre de film qu'on va voir pour se détendre et rigoler. Comme tous les films d'humour, tout dépend vraiment de l'état d'esprit que vous avez en le regardant mais franchement difficile de ne pas rire. Si vous avez aimé le 1, foncez les yeux fermer voir le 2. Vous ne le regretterez pas!


18/20
                                   

24/07/2015

Test Alienware Area 51

J'ai passé plus de deux ans sur mon Alienware M17X R4 car j'avais pas mal de contrainte de mobilité. Maintenant je suis enfin posé, je me suis dit qu'il était temps de repasser sur un bon vieux PC fixe! J'avais déjà eu une tour montée main chez Materiel.net mais pour une configuration haut de gamme, j'ai eu beaucoup trop de problème (blue screen, surchauffe de la carte graphique, problème de barrette mémoire). Materiel.net ne propose dans ces cas là que de renvoyer les tours... Autant dire que pour le côté S.A.V on repassera. Chez Alien, dès que j'avais ne serait-ce qu'un soucis software (Windows ou drivers), leurs services se sont montrés à l'écoute et performant en apportant des solutions concrète rapidement. J'ai donc craqué il y a quelques mois pour l'AREA-51 R2, la nouvelle tour d'Alienware!

Le gros bébé impressionne dés le départ de part son poids: 28 kilos tout mouillé à la balance! Autant dire qu'il faut s'accrocher pour le transporter. Heureusement qu'il y a des accroches pour les mains! Malgré son poids, sa taille reste relativement compact pour un PC de jeu haut de gamme.
Alienware a abandonné le châssis du R1. C'est assez surprenant lorsque l'on connaît la popularité qu'il avait auprès des joueurs. Néanmoins, la forme triangulaire me plaît également. 

L'avantage se situe en façade: le côté avant orienté vers le haut est nettement plus agréable d'utilisation pour tout ce qui est branchement casque, micro, clé USB et SD card, en particulier lorsque la tour est posée à même le sol.

Sur la façade arrière on retrouve des ports USB 3.0 en bleu avec du 2.0 pour le reste. Ethernet, sortie optique, des sorties son assez nombreuses pour du 5.1. Une petite LED éclaire tout ça pour brancher les ports même dans le noir mais surtout éviter d'abîmer les prises USB en branchant à taton.


Les façades latérales de l'Area-51 sont accessibles via un petit levier. Aucun tourne-vis n'est donc nécessaire pour avoir accès à sa config. La mienne est équipé d'une GTX 980 de 4Go, d'un Intel Core i7-5820K (6 coeurs cadencés jusqu'à 3.8 Ghz) et 16 Go DDR4 à 2133Mhz.
La config est prête pour accepter une deuxième carte graphique si nécessaire. Tous les câbles d'alimentation ont été laissés libres par Alienware lors de l'assemblage. Vous remarquerez que tout est bien séparé pour garantir une meilleure aération.
Une lampe est également présente pour toucher la carte-mère.

De l'autre côté, on a accès aux disques durs. Je me suis pris 128 Go en SSD et 2To de stockage.
On a possibilité d'en brancher deux autres. Le câblage est déjà fait. On sent une volonté sur le modèle de permettre un upgrade facile d'accès que ce soit au niveau de la mère que de la puissance graphique.

Alienware propose un centre de contrôle où vous pourrez manipuler facilement votre configuration.
Dans un premier temps, on a accès au contrôle thermal: disques durs (vitesse de rotation et température), carte graphique, processeur. Rien ne vous échappe. Si vous le souhaitez vous pouvez pousser la ventilation à fond ou créer des profils utilisables lors du lancement d'un jeu par exemple.
Le AlienFX permet de jongler avec les couleurs de son PC mais j'y reviendrait un peu plus tard.
Le AlienFusion permet de gérer les paramètres de mise en veille.
Le Alienadrenaline permet de configurer l'environnement système lors du lancement d'un jeu. Lors que ce dernier sera exécuté, il est possible de lancer également un logiciel de VOiP en même temps, d'ouvrir un page Internet (style soluce). Mais le plus intéressant reste l'option Accelerator qui désactive temporairement les processus et services inutiles lors du lancement du jeu. C'est utile lors que la config atteint ses limites (jusqu'à présent, ça n'a jamais été le cas même sur les jeux gourmand) ou gagner quelques FPS.


Pour le AlienFx, j'ai pu faire mumuse. Il y en a pour tout les goûts et les couleurs pour chaque élement lumineux du PC.

Il est possible sur chaque éléments de lumière de faire des dégrader de couleurs cycliques comme passer lentement du bleu au rouge par exemple.

Bref
Atypique, puissant et pratique! Voici les quelques mots qui me viennent après plusieurs mois d'utilisation du Area-51. Le PC reste constamment frais même lors des périodes de canicules. Le processus d'aération semble donc efficace. Ce qui ne peut que faire du bien à la durée de vie du matériel.